14 juillet niçois

 

Le soir du 14 juillet 2016, après le feu d’artifice de Nice, le musulman tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a lancé son camion sur la promenade des Anglais. 84 morts, dont une dizaine d’enfants ; plus de 200 blessés. L’Etat islamique a revendiqué le carnage.

Ce n’est pas une première dans le monde, par exemple en Israël ; ni même en France : ainsi, le 21 décembre 2014, à Dijon1, un homme de 40 ans a foncé en voiture sur plusieurs groupes de piétons, blessant 13 personnes, en criant « Allah Akbar » ; le 1er janvier 2016, des militaires de Vigipirate qui assuraient la protection d’une mosquée à Valence2 ont été attaqués par un homme en voiture, qui leur a foncé délibérément dessus, blessant un soldat. Mais à Nice, le nombre de morts a été considérable.

L’assassin, connu des services de police, et déjà condamné à de la prison avec sursis, vivait légalement à Nice depuis plusieurs années.

Il est remarquable que tous ceux qui nous disent que cet attentat était inévitable (ce qui est peut-être vrai dans le sens où l’assassin n’avait pas fait publiquement état de ses projets et qu’il est difficile de bloquer un camion), n’arrivent même pas à concevoir qu’une politique d’expulsion systématique des délinquants étrangers aurait précisément permis d’éviter cet événement.

.

1- Voir chronique du 10 janvier 2015 : « Décembre musulman ».

2- Voir chronique du 24 janvier 2016 : « Quelques attaques ratées ».

 

 

 

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *