Billot : l’affaire Vanneste

 

Je viens de lire « l’affaire Vanneste », livre de François Billot de 180 petites pages, publié en 2008.

Ce livre souffre d’au minimum trois défauts.

Tout d’abord, tout le monde ne connaît pas forcément Christian Vanneste, ni son action politique. L’auteur veut donc nous présenter cet admirable député. Néanmoins, se faire rappeler, quasiment à chaque trois pages, le caractère exceptionnel de Christian Vanneste, de son action parlementaire, ses talents de philosophe, l’admiration dont il jouit dans sa circonscription, çà devient vite un tout petit peu agaçant.

Ensuite, le livre a été publié en 2008, soit après la condamnation en appel de Vanneste, mais avant l’arrêt de la Cour de Cassation. Il serait utile que l’auteur publie une édition augmentée, prenant en compte les développements postérieurs à 2008.

Enfin, l’auteur paraît victime de la « technique du salami ». Il ne dénonce que les condamnations pour « homophobie », sans les mettre dans la continuité de la répression effectuée sous prétexte de racisme, voire même en légitimant la législation « antiraciste ».

Ceci dit, venons-en précisément au contenu du livre.

Il commence avec l’affaire Nouchet. Le 16 janvier 2004, à Noeux-les-Mines, dans le Pas-de-Calais, Sébastien Nouchet est trouvé dans le coma, gravement brûlé. L’enquête montre que Sébastien Nouchet, homosexuel, a tenté 19 fois de se suicider, et qu’il a été accusé de plusieurs départs de feu dans l’immeuble dans lequel il résidait précédemment, dans une autre ville. En l’absence de tout élément de preuve, la personne accusée de l’agression, emprisonnée plusieurs mois, est relaxée en 2006.

En s’appuyant sur une campagne médiatique menée par les lobbys homosexuels qui exploitent cette trouble affaire, le président Chirac récupère ce fait divers pour accélérer la création de la HALDE1 et créer le délit d’« homophobie ». L’auteur explique que la HALDE doit « devenir une sorte de tribunal, sans que l’accusé, pourtant, puisse bénéficier des droits complets de la défense ». Le livre expose les arguments présentés par Christian Vanneste contre l’adoption de ces mesures.

Le livre s’attache enfin à exposer les ennuis judiciaires de Christian Vanneste, poursuivi pour avoir déclaré que l’homosexualité était un comportement inférieur à l’hétérosexualité. Le 24 janvier 2006, le tribunal correctionnel de Lille condamne Christian Vanneste. Jugement confirmé, et peine aggravée par la Cour d’appel de Douai le 25 janvier 2007. Le tribunal indique notamment que le propos de Christian Vanneste était « dans une réponse destinée à être insérée dans un organe de presse s’adressant à un large public qui ne permettait pas de découvrir les fondements et les nuances de la pensée de Christian Vanneste, agrégé de philosophie et qui s’exprimait en tant qu’homme politique ». Situation « surprenante » pour l’auteur, qui indique : « Ce qu’écrit la Cour a quelque chose de terrifiant. En effet, s’il n’a pas été possible aux lecteurs des journaux ayant bénéficié d’une interview du député de « découvrir les fondements et les nuances de la pensée » de celui-ci, c’est bien parce que les propos du député ont été … censurés par les journalistes ». Etrange motif de condamnation, effectivement….

En conclusion, un livre intéressant et utile, dont je recommande la lecture, pour avoir les éléments principaux sur la chronologie et les argumentations de la création de la HALDE et du procès Vanneste.

.

1- HALDE : Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité

 

 

 

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *