Despot : Oskar et les minarets

 

J’ai lu cet été « Oskar et les minarets », publié en 2010 par Slobodan Despot.

Oskar, c’est Oskar Freysinger.

Oskar Freysinger a notamment été très actif dans le lancement du référendum suisse demandant l’interdiction de la construction de nouveaux minarets.

Ce livre, s’il part de ce référendum, nous décrit néanmoins plus largement la personnalité et les combats politiques d’Oskar Freysinger. Le titre constitue donc un peu une publicité mensongère pour ceux qui chercheraient un récit ou une analyse fouillée de la campagne référendaire sur les minarets, mais constitue un éclairage très intéressant pour découvrir cette personnalité de la vie politique suisse.

Après une jeunesse légèrement à gauche, Oskar Freysinger est élu conseiller communal sous l’étiquette démocrate-chrétienne. Il passe ensuite à l’UDC1.

Professeur de langue, son implication dans la vie politique commence avec son opposition à une réforme de l’enseignement (E-2000). « E-2000 incorporait les thèses marxistes exportées par l’URSS via l’UNESCO dès les années 70 : la famille doit être abolie, ou en tout cas marginalisée ; l’influence des parents, qui empêchent par leurs valeurs « réactionnaires » l’élaboration d’un monde nouveau globalisé, doit être contenue et sapée ; l’enfant doit être au centre du système ; au nom de l’égalitarisme, les devoirs à domicile doivent être abolis ; le savoir brut est suspect, « fasciste », on lui préfère les « savoir-être » et la socialisation ; les profs sont collectivisés et intégrés à des groupes contraignants qui les contrôlent ; l’enracinement émotionnel, historique et géographique est un mal, on veut créer des générations globalisées, dépourvues d’attaches ».

Son arrivée à l’UDC lui vaut la haine du système. Exemple de ce sectarisme : Oskar Freysinger a participé à un concours de poésie ; les textes déposés devaient être anonymes. Et il a gagné le concours. Le jour de la remise du prix, la troupe de théâtre subventionnée refuse de lire le morceau primé. Freysinger demande : « Quelle est leur vision du monde s’ils n’arrivent pas à accepter un homme qui ne pense pas comme eux ? Au nom de la tolérance, ces gens pratiquent l’intolérance la plus étroite. A nous la peur si on leur confiait un jour le pouvoir sur autrui…. La liberté artistique qu’ils invoquent à tout bout de champ est l’instrument de leur répression envers ceux qui ne dansent pas sur la même musique. Et l’Etat subventionne cette censure ».

La nécessité de faire interdire la construction de nouveaux minarets découle pour lui de la fonction du minaret : « Chaque lieu d’où est visible un minaret et chaque région que l’on voit depuis un minaret doivent devenir islamiques. Face à cette revendication, on comprend que cet édifice fréquemment sous-estimé par les Européens joue un rôle bien plus important que celui qu’on lui prête communément ». D’après lui, l’attitude de l’Union européenne envers la Suisse après le référendum sur les minarets s’explique certes par le résultat du référendum, mais aussi par le fait que l’Europe ne veut surtout pas consulter ses citoyens sur ces sujets : « Par son exemple, la Suisse met en évidence les lacunes du système qui l’entoure, un système qui se légitime par l’invocation de la démocratie, mais se garde bien de la mettre en pratique. C’est un système d’ingénierie sociale, calqué sur le modèle marxiste : la création d’un homme nouveau, sans racine, sous la houlette d’une avant-garde « éclairée » qui ne rend des comptes qu’à elle-même. Des êtres sans attaches, des « citoyens du monde » sont bien plus faciles à manipuler, déplacer, remplacer et jeter que des citoyens ancrés dans une tradition et une terre pétrie d’histoire ».

Deux analyses de Freysinger pour terminer. D’abord sur l’incompatibilité entre les conceptions juridiques et morales islamiques et chrétiennes. « Dans l’islam, la morale se fonde sur la loi alors que dans notre conception du droit, la loi se fonde sur la morale. Un exemple pour illustrer ce propos : chez nous, un principe moral décrète qu’il est mal de tuer. Cependant, la loi résultant de ce principe moral doit prendre en considération qu’en cas de légitime défense il peut arriver qu’un humain en tue un autre sans être puni par la suite. Il est toujours mal de tuer, mais le législateur admet une légitimité dans certains cas d’urgence. Il en est tout autrement dans l’islam. La charia prescrit en effet précisément quand, dans quelles conditions et comment exactement certaines personnes peuvent être tuées ou non. La morale exige simplement que ce catalogue soit respecté ; à l’inverse, il est immoral de ne pas respecter ce catalogue. La morale est déduite de la norme légale, intervient donc après la loi, ce qui est d’ailleurs logique dans la conception de l’islam, puisque la loi est divine et non créée et vaut donc une fois pour toutes ».

Enfin, sur l’antisémitisme et la haine d’Israël qui se renforcent à gauche : « La haine incroyable dont on accable l’Etat d’Israël dépasse largement ses méfaits réels. Aux yeux de la gauche européenne, le juif n’est acceptable qu’en tant que victime. Une victime qu’on célèbre par des exercices de contrition qui servent à établir le règne de la culpabilité sur la société occidentale. Le juif fort et debout vient brouiller cette image. Il est non seulement inutile mais encore contreproductif dans ce dessein. Lui, l’éternel apatride, a osé s’ancrer dans un territoire, créer une armée, des frontières. Le nomade qui se sédentarise : un cauchemar pour l’idéologie mondialiste qui cherche, elle, à nomadiser les sédentaires ».

.

1- Voir chronique du 20 décembre 2015: « élections fédérales suisses »

 

 

 

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *