L’affaire Redeker

 

Cette année est le dixième anniversaire de l’affaire Redeker.

Je ne sais pas si les télévisions accorderont beaucoup d’importance à cet anniversaire en septembre. Et pourtant, il faut garder à l’esprit la nouvelle vie de Robert Redeker.

A l’attention de mes plus jeunes lecteurs, il me paraît utile d’effectuer un bref rappel des événements. Car je doute qu’on leur en ait parlé au collège, ni au lycée.

En septembre 2006, un article1 du professeur et philosophe Robert Redeker est publié dans le Figaro. Il y écrit notamment que « l’Église catholique n’est pas exempte de reproches. Son histoire est jonchée de pages noires ». Mais il poursuit : « Ce qui différencie le christianisme de l’islam apparaît : il est toujours possible de retourner les valeurs évangéliques, la douce personne de Jésus contre les dérives de l’Église. Aucune des fautes de l’Église ne plonge ses racines dans l’Évangile. Jésus est non-violent. Le retour à Jésus est un recours contre les excès de l’institution ecclésiale. Le recours à Mahomet, au contraire, renforce la haine et la violence. Jésus est un maître d’amour, Mahomet un maître de haine. »

Cette critique de l’islam valut des menaces de mort à Robert Redeker, qui vécut dès lors sous protection policière.

Dans la revue allemande Die Gazette2, Robert Redeker décrivit sa vie après la publication de cet article. De l’enterrement de son père en cachette à son déménagement. En passant par la nécessité de faire disparaître d’Internet les références du compte bancaire sur lequel certains pouvaient effectuer des virements pour l’aider à vivre dans la clandestinité, en raison des menaces contre la banque. Un petit coup de griffe aussi pour ses voisins, lassés de la protection policière : « Les voisins se sont plaints à la mairie de la présence permanente de la police dans la rue. Dans ce petit village peureux et lâche, Escalquens, les voisins préféraient que je courre le risque d’être assassiné chez moi plutôt que de supporter la vue des policiers dans la rue ».

A l’occasion de cet anniversaire, je recommande la lecture, ou la relecture, de ces deux articles de Robert Redeker : « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? » et « Réfugié politique dans mon propre pays ».

.

1- Robert Redeker : « Face aux intimidations islamistes, que doit faire le monde libre ? », le Figaro, 19 septembre 2006

2- Robert Redeker : « Eine Fatwa im Lande Voltaires », Die Gazette, n°14/été 2007 ; traduction en français mise en ligne sur le site Internet de Robert Redeker sous le titre : « Réfugié politique dans mon propre pays »

.

Liens :

 

 

Taggé , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à L’affaire Redeker

  1. Louis dit :

    Une réflexion qui est bien vérifiée aujourd’hui !

  2. Albéric dit :

    C’est-à-dire?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *