Les femmes et les enfants après ?

De nombreux immigrés sont actuellement regroupés en France sur la commune de Calais. Ils s’y agglutinent, dans l’espoir de gagner le Royaume-Uni, qui ne semble pas pressé de leur ouvrir sa frontière. Ils vivent dans un bidonville, appelé la « jungle de Calais ».

Face à cette immigration illégale, le gouvernement a décidé de réagir enfin, pour vider la jungle en moins d’un an. Enfin ! Va-t-il donc enfin procéder à l’expulsion de 10.000 immigrés illégaux de Calais ces prochains mois ?

Que nenni !

Il va en saupoudrer la France entière !

Cette répartition des immigrés illégaux provoque évidemment une opposition forte dans les communes qui vont avoir la chance de bénéficier de cet apport démographique imposé. L’inquiétude est parfois aggravée par le fait que la majorité de ces immigrés sont des hommes seuls ; la crainte de voir augmenter la criminalité, les agressions sexuelles et les viols est aussi présente, renforcée par le comportement connu de certains immigrés en Europe1. Les représentants du gouvernement doivent donc, dans la France entière, essayer de désamorcer l’inquiétude et la colère des populations autochtones.

Cette propagande donne parfois des résultats surprenants.

Par exemple, dans un article de la Provence2, consacré à la conférence de presse du préfet des Alpes de Haute-Provence Bernard Guérin, on peut lire deux arguments contradictoires, assénés à propos de l’installation d’immigrés dans le département.

Le quotidien, en fin d’article, cite le préfet : « C’est une question d’humanité. Il s’agit de personnes vulnérables qui fuient la guerre civile. Leur maintien sur Calais dans des campements de fortune n’était pas possible. Bien sûr que des familles françaises souffrent ou vivent mal. Est-ce que cela doit empêcher la communauté nationale d’accueillir dans des conditions dignes et décentes des gens qui fuient la guerre ?« 

Auparavant, les journalistes écrivaient, reprenant probablement une argumentation préfectorale (mais sans mettre de guillemets) : « S’il ne s’agit que d’hommes, comme certains commentateurs le soulignent, c’est en raison du coût financier de leur passage depuis leur pays d’origine. Seuls les hommes effectuent le voyage avec l’espoir de trouver un travail en Angleterre notamment, pour ensuite envoyer de l’argent à leur famille ».

Deux arguments, sur deux objections différentes, qui peuvent se discuter. Mais mis ensemble dans le même article (espacés tout juste de 4 lignes), ils font éclater de manière époustouflante la malhonnêteté intellectuelle des autorités.

Pour résumer, il faut impérativement accueillir ces immigrés, car leur vie est en danger dans leur pays, à cause de la guerre. Mais ces hommes y ont laissé leurs femmes et leurs enfants, auxquels ils enverront quelques euro un de ces jours. Ces hommes sont « des personnes vulnérables qui fuient la guerre civile », nous assène le préfet ; mais ces hommes vulnérables ont estimé que leur famille n’est pas aussi vulnérable qu’eux sous les bombes….

Les deux journalistes qui signent l’article n’ont apparemment pas perçu la contradiction entre ces deux arguments ; ils n’ont apparemment pas interrogé le préfet sur cette contradiction. Ils se contentent de relayer la propagande immigrationniste préfectorale.

.

1- Voir chronique du 2 mars 2016 : « Taharrush gamea ».

2- Tanguy Cohen et Emmanuel Fabre : « Alpes de Haute-Provence : le nombre de migrants accueillis va augmenter », la Provence, 11 octobre 2016 (site Internet).

 

 

 

 

Taggé , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *