La diffusion du front national

Le front national a été créé en 1972. Mais le début de son essor électoral date de 1984 (10,95% aux élections européennes), après quelques succès locaux limités en 1983, notamment à Dreux.

Le FN obtenait ses meilleurs scores dans la moitié orientale de la France. Il était très faible dans l’Ouest et dans les zones rurales, souvent à moins de 5%. Une de ses zones de force était la côte méditerranéenne, qui subissait durement l’immigration et l’insécurité ; le FN y jouissait en outre du soutien des pieds-noirs et des harkis.

Le front s’est ensuite nationalisé. Tout en étant toujours plus fort à l’est qu’à l’ouest, il a aussi nettement progressé dans l’ouest, notamment en Bretagne, réussissant quasiment toujours à obtenir un minimum de 10% des voix partout.

La progression suivante s’est effectuée dans les zones rurales et agricoles, au point d’inverser les zones de force du FN ; ce sont désormais les communes rurales dans certains départements qui donnent les plus hauts scores au FN.

La nouveauté de l’élection de 2017 a été la forte progression du FN dans l’outre-mer, qui était jusqu’à présent une zone de faiblesse. Le tableau ci-après donne les résultats du candidat FN au premier tour de l’élection présidentielle en 2007, 2012 et 2017 ; à l’échelon national, le candidat FN avait obtenu 10,44% en 2007, 17,90% en 2012 et 21,30% en 2017.

2007

2012

2017

Guadeloupe

3,18%

5,16%

13,51%

Saint-Martin et Saint-Barthélémy1

12,14%

23,32%

Martinique

2,11%

4,76%

10,94%

Guyane

5,51%

10,48%

24,30%

La Réunion

4,88%

10,31%

23,46%

Mayotte

4,22%

2,77%

27,19%

Saint-Pierre-et-Miquelon

6,70%

15,81%

18,16%

Nouvelle-Calédonie

5,67%

11,66%

29,09%

Wallis-et-Futuna

1,20%

2,37%

7,11%

Polynésie française

1,90%

5,73%

32,54%

En revanche, en 2017, on peut constater une stagnation ou un recul du FN dans les grandes villes.

A Paris, le FN passe de 4,58% en 2007 à 6,20% en 2012, mais redescend à 4,99% au premier tour de 2017 et atteint péniblement 10,32% au second tour de 2017.

Dans le département du Nord, le candidat du FN progresse fortement à la fois dans la ville-préfecture de Lille et dans le reste du département, entre le premier tour de l’élection présidentielle de 2007 et celui de 2012. En revanche, entre le premier tour de 2012 et celui de 2017, le FN stagne à Lille, mais progresse nettement dans le reste du département.

2007

2012

2017

Département du Nord

13,83%

21,91%

28,22%

Lille

9,13%

13,40%

13,83%

Reste du département (sans Lille)

14,17%

22,50%

29,25%

A Lyon, le FN baisse entre 2012 et 2017.

2007

2012

2017

Département du Rhône

9,09%

15,09%

16,26%

Lyon

6,47%

9,87%

8,86%

Reste du département (sans Lyon)

10,04%

16,93%

18,92%

A Marseille, le FN progresse, mais reste en-deçà de ses résultats dans le reste des Bouches-du-Rhône.

2007

2012

2017

Département des Bouches-du-Rhône

13,87%

23,38%

27,28%

Marseille

13,43%

21,22%

23,66%

Reste du département (sans Marseille)

14,12%

24,60%

29,22%

On peut enfin noter qu’au second tour des élections régionales en 2015, le FN avait obtenu plus de 50% dans un seul département, le Vaucluse (51,28%). Au second tour de l’élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen ne réussit pas un score aussi haut dans le Vaucluse (46,55%) ; et elle a obtenu plus de 50% dans deux départements : le Pas-de-Calais (52,06%) et l’Aisne (52,91%).

.

1- Saint-Martin et Saint-Barthélémy faisaient partie de la Guadeloupe jusqu’en 2007.

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *