Le très extrémiste Salvini

Le quotidien le Monde n’aime pas beaucoup la droite nationale. A longueur d’articles et d’éditoriaux, ces mouvements sont qualifiés, au minimum, « d’extrême-droite » ou de « populistes ».

Mais dans le cas du journaliste Jérôme Gautheret, correspondant du Monde en Italie, il ne suffit plus d’accoler régulièrement à Matteo Salvini, dirigeant de la Ligue et ministre de l’intérieur italien, l’étiquette « d’extrême-droite », il faut aussi marteler qu’il est « extrémiste » ; et même plus, car il n’est quasiment jamais qualifié d’« extrémiste », mais plutôt de « très extrémiste ». Et depuis que Salvini est devenu ministre en juin 2018, sa propension à fermer les ports italiens aux navires importateurs d’immigrés illégaux et à vouloir expulser les criminels étrangers, n’a évidemment pas adouci la plume du correspondant du Monde.

Quoique sans absolue certitude, on peut estimer que l’apparition de l’expression apparaît en juin 2017, quand Jérôme Gautheret évoque dans un article du Monde1 « la turbulente et très extrémiste Ligue du Nord de Matteo Salvini », puis dans un autre article 4 semaines plus tard2 « la très extrémiste Ligue du Nord ».

Tout petit retour en arrière presque un semestre plus tard, en décembre 2017, quand Jérôme Gautheret mentionne3 « la posture extrémiste d’un Matteo Salvini (Ligue du Nord) ».

Mais ensuite, Matteo Salvini est « très extrémiste ».

Quelques jours plus tard, dans un autre article4, voilà « le très extrémiste Matteo Salvini (Ligue du Nord) ».

En février 2018, le Monde glisse encore un « très extrémiste » dans son analyse5 : « A Bruxelles, M. Berlusconi6 a cherché à rassurer en promettant même que Matteo Salvini n’entrerait jamais au gouvernement, même en cas de victoire de la droite. Mais, à Rome, il a évoqué plusieurs fois son intention de confier au très extrémiste dirigeant de la Ligue le portefeuille de l’intérieur ».

Les élections législatives italiennes sont organisées le 4 mars 20187. Donc, en mars, çà rafale dans le Monde.

Le 3 mars8, le correspondant du Monde évoque « le très extrémiste dirigeant de la Ligue du Nord, Matteo Salvini ». Dans un nouvel article le 6 mars9, il parle de « la très extrémiste Ligue de Matteo Salvini », qui est un « parti eurosceptique et xénophobe », et de Matteo Salvini qui a dirigé « une campagne exténuante menée à coups de messages extrémistes et de provocations ». Le même jour, l’éditorial du Monde10 dénonce « la Ligue (ex-Ligue du Nord), emmenée par l’extrémiste Matteo Salvini » : exceptionnellement, Salvini est là seulement « extrémiste ».

Dans une chronique le lendemain11, Gérard Courtois reprend la grosse artillerie de la propagande sans finesse du correspondant en Italie, en parlant lui aussi de « la très extrémiste Ligue de Matteo Salvini ». A sa décharge, il faut souligner que le chroniqueur avait sans doute épuisé toute sa subtilité en trouvant le titre de sa chronique, « Marine Le Pen12 à la peine », qui allie harmonieusement humour, finesse, et sans aucun doute originalité, personne n’ayant probablement pensé avant lui à ce jeu de mot depuis l’élection de Jean-Marie Le Pen comme député poujadiste en 1956. Enfin, le 10 mars13, Jérôme Gautheret continue, en décrivant « une droite dirigée par le très extrémiste Matteo Salvini, tenant d’une ligne identitaire et très anti-européenne ».

Nouvelle rafale dans le Monde en juin 2018, à l’occasion de la formation du gouvernement italien14.

Le 4 juin15, Jérôme Gautheret nous parle du « très extrémiste Matteo Salvini, ami de Marine Le Pen et admirateur assumé de Vladimir Poutine16 » ; puis le 7 juin17, il cite « le nouveau ministre de l’intérieur italien et très extrémiste dirigeant de la Ligue, Matteo Salvini ». Apparaît encore deux fois « le très extrémiste Matteo Salvini », une nouvelle fois le 9 juin18 sous la plume de Jérôme Gautheret, puis le 13 juin19, dans un éditorial du Monde. Puis le 25 juin20, Maryline Baumard et Jérôme Gautheret évoquent « la montée en puissance du très extrémiste Matteo Salvini et du Mouvement 5 étoiles ».

Un peu plus récemment, en octobre 2018, Jérôme Gautheret publie un article21 mentionnant « un repas pris par le très extrémiste dirigeant de la Ligue, en 2015, avec des dirigeants du parti néofasciste CasaPound ».

On ne peut pas reprocher à Jérôme Gautheret de manquer de constance ; à défaut de finesse ou de neutralité politique.

.

1- Jérôme Gautheret : « Les partis italiens s’entendent sur une loi électorale à l’allemande », le Monde, 1er juin 2017.

2- Jérôme Gautheret : « La droite s’empare de bastions de la gauche en Italie », le Monde, 27 juin 2017.

3- Jérôme Gautheret : « En Italie, le retour compromis de Renzi », le Monde, 7 décembre 2017.

4- Jérôme Gautheret : « L’extrême droite italienne prospère », le Monde, 11 décembre 2017.

5- Cécile Ducourtieux, Jérôme Gautheret et Jean-Pierre Stroobants : « Bruxelles commence à s’inquiéter pour l’Italie », le Monde, 24 février 2018.

6- Silvio Berlusconi : président de Forza Italia, premier ministre italien de 1994 à 1995, de 2001 à 2006, et de 2008 à 2011.

7- Voir chronique du 5 mai 2018 : « Quelle coalition pour l’Italie ? ».

8- Jérôme Gautheret : « En Italie, scrutin incertain après les surenchères de la campagne », le Monde, 3 mars 2018.

9- Jérôme Gautheret : « En Italie, le triomphe des forces antisystème », le Monde, 6 mars 2018.

10- Editorial du Monde non signé : « Rome, Berlin : l’Europe en suspens », 6 mars 2018.

11- Gérard Courtois : « Marine Le Pen à la peine », le Monde, 7 mars 2018.

12- Marine Le Pen : député français depuis 2017, présidente du rassemblement national (ex front national).

13- Jérôme Gautheret : « Renzi laisse un PD en plein dilemme face au Mouvement 5 étoiles », le Monde, 10 mars 2018.

14- Voir chronique du 21 juin 2018 : « Alliance entre la ligue et le M5S ».

15- Jérôme Gautheret : « Salvini, homme à poigne du gouvernement Conte », le Monde, 4 juin 2018.

16- Vladimir Poutine : président de la Russie.

17- Jérôme Gautheret : « L’Italie veut une relocalisation obligatoire des demandeurs d’asile », le Monde, 7 juin 2018.

18- Jérôme Gautheret : « Le parti de Berlusconi désorienté face à l’ascension de la Ligue », le Monde, 9 juin 2018.

19- Editorial du Monde non signé : « Immigration : l’Europe face au défi italien », 13 juin 2018.

20- Maryline Baumard et Jérôme Gautheret : « Entre France et Italie, la brouille sur les migrants », le Monde, 25 juin 2018.

21- Jérôme Gautheret : « Divisée et marginalisée, la gauche italienne veut faire entendre sa voix », le Monde, 2 octobre 2018.

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *