Référendum hongrois

 

 

Lors du référendum du dimanche 2 octobre 2016, les électeurs hongrois devaient répondre à la question suivante : « Voulez-vous que l’Union européenne puisse prescrire l’installation obligatoire en Hongrie de citoyens non-hongrois sans l’approbation de l’Assemblée nationale ? »

Le taux de participation n’a atteint que 43,42%. Les bulletins blancs et nuls ont représenté 6,27% des votants.

Le « non » à l’immigration imposée est massif, recueillant 98,34% des suffrages exprimés ; le « oui » se contentant donc de 1,66%.

Malgré le caractère massif du vote, le référendum n’est pas considéré comme valide, car la nouvelle constitution impose que « plus de la moitié des votants aient émis un vote valide ».

C’est donc un demi-échec pour le premier ministre Viktor Orban, qui n’a pas réussi à obtenir une participation plus élevée ; et l’ensemble des médias français présente ce référendum comme un « échec ».

Cependant, le taux de participation (43,42%) n’est pas très éloigné de celui du référendum de 2003 sur l’adhésion à l’Union européenne (45,6%). Mais il convient de noter que la constitution ne déterminait pas à cette époque la validité du scrutin par une participation supérieure à 50%.

Enfin, si l’on examine le taux de participation et le résultat de 98%, ce résultat, même s’il n’a pas de valeur légale, a évidemment une signification politique importante. On peut d’ailleurs noter qu’à la télévision française, certains journaux en continu passaient en boucle que le référendum était invalide, mais « oubliaient » de mentionner le chiffre du résultat (98%).