Le brouillard et le flou

La majorité présidentielle à l’assemblée nationale est très confortable1 (addition des députés de LREM et du MODEM).

Cette majorité va néanmoins au-delà de ces chiffres.

Certains hommes politiques de droite ont franchi le pas et sont passés à gauche avant les élections législatives. Anciennement LR, trois d’entre eux sont entrés au gouvernement : Edouard Philippe, député-maire du Havre (Seine-Maritime), devint premier ministre ; Bruno Le Maire, député de l’Eure, devint ministre de l’économie ; Gerald Darmanin, maire de Tourcoing (Nord), devint ministre « de l’action et des comptes publics ».

Les députés UDI et certains députés LR ont créé un groupe à l’assemblée nationale, qu’ils ont appelé les « constructifs ». Une partie d’entre eux a voté la confiance au gouvernement, mais beaucoup se sont réfugiés dans l’abstention. Le début de la dérive à gauche et d’un positionnement plus ou moins partiel dans la majorité présidentielle.

Du côté des LR non-constructifs, les députés restent à droite et dans l’opposition. Une partie des députés LR a voté contre la confiance au gouvernement, mais la majorité d’entre eux a préféré l’abstention. Confrontée à une opposition LR qui n’a apparemment pas d’opinion sur la politique gouvernementale et qui s’abstient sur le vote de confiance, la majorité présidentielle doit pour l’instant être assez optimiste…

Ce développement de la constructivité se répandra-t-il partout ? Au conseil de Paris, une petite partie des conseillers municipaux LR ont eux aussi créé un groupe « constructif ».

Tout çà n’est quand même pas très clair. Et de l’autre côté, chez les socialistes, ce n’est pas très limpide non plus.

Il ne reste plus qu’à attendre que tout çà se décante un peu pour y voir plus clair.

Ce bazar actuel aura peut-être un léger effet positif. Si certains élus de droite sont en train d’enfin se rendre compte qu’ils sont en fait de gauche, et qu’ils passent à gauche, leur départ aura peut-être pour conséquence de dégauchiser un peu la droite…

.

1- Voir chronique du 5 juillet 2017 : « Dans la foulée ».

Le front fait du surplace

Le front national obtient 13,20% des voix au premier tour des élections législatives et fait élire 8 députés. C’est une nette progression par rapport à 2012 (2 députés), et son plus grand nombre de députés jamais obtenu au scrutin majoritaire. En 1986, le FN avait certes obtenu 35 députés, mais avec un mode de scrutin différent (proportionnelle départementale).

4 de ces 8 députés ont été élus dans le département du Pas-de-Calais, dans le bassin minier, dans les circonscriptions autour de la ville d’Hénin-Beaumont, qui a élu un maire FN en 2014 : Marine Le Pen, Bruno Bilde, José Evrard et Ludovic Pajot, benjamin de l’assemblée. Sébastien Chenu est élu dans le département du Nord. Gilbert Collard est réélu dans le Gard. Louis Aliot est élu dans les Pyrénées-Orientales et Emmanuelle Ménard dans l’Hérault.

Mais ce relatif succès en nombre d’élus masque un score électoral décevant : 13,20% en 2017 contre 13,60% aux législatives de 2012. Et des scores nettement plus élevés entre ces deux dates :

– européennes de 2014 (24,86%) ;

– départementales de mars 2015 (25,24% au premier tour) ;

– régionales de décembre 2015 (27,73% au premier tour et 27,10% au second).

– présidentielle de 2017 ((21,30% au premier tour et 33,90% au second).

Taggé

Dans la foulée

Dans la foulée de la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, ses partisans ont gagné les élections législatives des 11 et 18 juin 2017.

Le mouvement « En Marche », créé pour la campagne de Macron, a changé de nom avant les législatives pour s’appeler désormais LREM1.

Les candidats LREM ont obtenu 28,21% des suffrages exprimés au premier tour, ce qui amplifie la poussée d’Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle (24,01%). A l’issue du second tour, les députés LREM ont la majorité absolue à l’assemblée nationale, puisqu’ils sont 308 (sur un total de 577).

Leurs alliés du MODEM2 font leur entrée à l’assemblée, avec 4,12% des voix et 42 députés.

Le parti socialiste a été complètement siphonné par LREM ; il n’obtient que 7,44% des voix et 30 députés, auxquels s’ajoutent 3 députés radicaux de gauche. En 2012, à la précédente élection législative, le PS avait recueilli 29,35% des voix et 280 députés.

La gauche bolivaro-mélenchonniste, sous l’étiquette LFI3, recueille 11,03% des voix fait élire 17 députés ; leurs anciens alliés communistes, avec 2,72%, obtiennent 10 députés.

LR4 et l’UDI5 obtiennent respectivement 15,77% (112 députés) et 3,03% (17 députés). Au premier tour des élections législatives de 2012, dans la foulée de la défaite de son candidat à l’élection présidentielle, le président sortant Nicolas Sarkozy, l’UMP6 (ancien nom de LR) obtenait tout de même 27,12% des voix et 194 députés à l’issue du second tour.

.

1- LREM : La République En Marche

2- MODEM : MOuvement DEMocrate

3- LFI : La France Insoumise

4- LR : Les Républicains

5- UDI : Union des Démocrates et Indépendants

6- UMP : Union pour un Mouvement Populaire

Pierrefitte-ès-Bois

Il y a quelques mois, l’émission de TVL1 I-Média2 évoquait un reportage3 de la radio Europe1. Sur le site Internet de la radio, le titre du reportage était : « Dans un petit village du Loiret, l’arrivée des migrants a fait reculer le FN ». Titre qui a été changé dans la journée en : « Dans le Loiret, l’arrivée sans encombre de migrants sur une terre FN ».

Le reportage décrit complaisamment l’arrivée des immigrés illégaux, appelés « migrants », dans le village ; ces immigrés qui « ont la main sur le cœur », qui « sont toujours extrêmement respectueux ».

Pour la radio, « l’annonce de l’arrivée de ces migrants avait suscité beaucoup d’inquiétudes parmi les villageois », mais depuis, ces « migrants » ont conquis le cœur des habitants. Même des méchants et craintifs électeurs FN apparemment.

« Cette cohésion et cette solidarité ont fait réfléchir Bernard, ancien électeur frontiste », poursuit la radio. Et Bernard, naguère électeur du FN, « marqué par sa rencontre avec les migrants », déclare qu’il ne votera pas pour le FN à l’élection présidentielle de 2017.

C’est effectivement magnifique. Pour lutter contre le FN, la solution miracle, c’est désormais d’augmenter massivement l’immigration.

Pour prouver ce recul du FN à Pierrefitte-ès-Bois, la radio n’a néanmoins qu’une interview d’un futur ex-électeur du FN. Mais Jean-Yves Le Gallou déclarait justement dans l’émission I-Média : « Faire reculer le FN, il y a une manière de le mesurer, c’est d’une élection à l’autre. Peut-être qu’on verra à l’élection présidentielle un recul (…). Mais quand il n’y a pas d’élection, on ne peut pas dire qu’il y a un recul électoral. (…) Le titre de l’article est purement mensonger ».

Mensonger peut-être, mais en phase avec une des théories politiquement-correctes en France : les gens votent FN par peur des immigrés ; mais cette peur relève du fantasme ; ils ont peur des immigrés, car ils ne connaissent pas les immigrés. Il est donc assez logique qu’une journaliste d’une radio politiquement-correcte déduise très rapidement que le vote FN va baisser à Pierrefitte-ès-Bois.

Je m’étais promis de regarder les résultats dans cette commune après l’élection présidentielle, afin de vérifier la sagacité de la journaliste d’Europe1.

Au premier tour de l’élection présidentielle de 2012, la candidate FN avait obtenu 25,58% (55 voix), et n’était pas présente au second tour.

Aux élections européennes de mai 2014, la liste FN avait obtenu 42,37% (50 voix).

Aux élections cantonales de mars 2015, le couple de candidats FN avait obtenu 39,39% (52 voix) au premier tour et 52,50% (63 voix) au second.

Aux élections régionales de décembre 2015, la liste FN avait obtenu 51,75% (74 voix) au premier tour et 49,01% (74 voix) au second.

À l’élection présidentielle de 2017, la candidate FN a obtenu 35,60% (68 voix) au premier tour et 55,23% (95 voix) au second.

Au second tour de l’élection présidentielle de 2017, le front national a donc obtenu le meilleur score de son histoire à Pierrefitte-ès-Bois, en voix comme en pourcentage.

.

1- TVL : TV Libertés.

2- Emission du 6 janvier 2017.

3- Mélanie Nunes : « Dans le Loiret, l’arrivée sans encombre de migrants sur une terre FN », site Internet Europe 1, 29 décembre 2016.

Taggé

La diffusion du front national

Le front national a été créé en 1972. Mais le début de son essor électoral date de 1984 (10,95% aux élections européennes), après quelques succès locaux limités en 1983, notamment à Dreux.

Le FN obtenait ses meilleurs scores dans la moitié orientale de la France. Il était très faible dans l’Ouest et dans les zones rurales, souvent à moins de 5%. Une de ses zones de force était la côte méditerranéenne, qui subissait durement l’immigration et l’insécurité ; le FN y jouissait en outre du soutien des pieds-noirs et des harkis.

Le front s’est ensuite nationalisé. Tout en étant toujours plus fort à l’est qu’à l’ouest, il a aussi nettement progressé dans l’ouest, notamment en Bretagne, réussissant quasiment toujours à obtenir un minimum de 10% des voix partout.

La progression suivante s’est effectuée dans les zones rurales et agricoles, au point d’inverser les zones de force du FN ; ce sont désormais les communes rurales dans certains départements qui donnent les plus hauts scores au FN.

La nouveauté de l’élection de 2017 a été la forte progression du FN dans l’outre-mer, qui était jusqu’à présent une zone de faiblesse. Le tableau ci-après donne les résultats du candidat FN au premier tour de l’élection présidentielle en 2007, 2012 et 2017 ; à l’échelon national, le candidat FN avait obtenu 10,44% en 2007, 17,90% en 2012 et 21,30% en 2017.

2007

2012

2017

Guadeloupe

3,18%

5,16%

13,51%

Saint-Martin et Saint-Barthélémy1

12,14%

23,32%

Martinique

2,11%

4,76%

10,94%

Guyane

5,51%

10,48%

24,30%

La Réunion

4,88%

10,31%

23,46%

Mayotte

4,22%

2,77%

27,19%

Saint-Pierre-et-Miquelon

6,70%

15,81%

18,16%

Nouvelle-Calédonie

5,67%

11,66%

29,09%

Wallis-et-Futuna

1,20%

2,37%

7,11%

Polynésie française

1,90%

5,73%

32,54%

En revanche, en 2017, on peut constater une stagnation ou un recul du FN dans les grandes villes.

A Paris, le FN passe de 4,58% en 2007 à 6,20% en 2012, mais redescend à 4,99% au premier tour de 2017 et atteint péniblement 10,32% au second tour de 2017.

Dans le département du Nord, le candidat du FN progresse fortement à la fois dans la ville-préfecture de Lille et dans le reste du département, entre le premier tour de l’élection présidentielle de 2007 et celui de 2012. En revanche, entre le premier tour de 2012 et celui de 2017, le FN stagne à Lille, mais progresse nettement dans le reste du département.

2007

2012

2017

Département du Nord

13,83%

21,91%

28,22%

Lille

9,13%

13,40%

13,83%

Reste du département (sans Lille)

14,17%

22,50%

29,25%

A Lyon, le FN baisse entre 2012 et 2017.

2007

2012

2017

Département du Rhône

9,09%

15,09%

16,26%

Lyon

6,47%

9,87%

8,86%

Reste du département (sans Lyon)

10,04%

16,93%

18,92%

A Marseille, le FN progresse, mais reste en-deçà de ses résultats dans le reste des Bouches-du-Rhône.

2007

2012

2017

Département des Bouches-du-Rhône

13,87%

23,38%

27,28%

Marseille

13,43%

21,22%

23,66%

Reste du département (sans Marseille)

14,12%

24,60%

29,22%

On peut enfin noter qu’au second tour des élections régionales en 2015, le FN avait obtenu plus de 50% dans un seul département, le Vaucluse (51,28%). Au second tour de l’élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen ne réussit pas un score aussi haut dans le Vaucluse (46,55%) ; et elle a obtenu plus de 50% dans deux départements : le Pas-de-Calais (52,06%) et l’Aisne (52,91%).

.

1- Saint-Martin et Saint-Barthélémy faisaient partie de la Guadeloupe jusqu’en 2007.

Taggé

Score historique pour le front national

Marine Le Pen, candidate du front national, a obtenu 21,30% des voix au premier tour de l’élection présidentielle. C’est un résultat supérieur à celui de l’élection présidentielle de 2012 (17,90%).

Mais c’est un score nettement inférieur aux résultats obtenus par le FN aux plus récentes élections :

– européennes de 2014 (24,86%) ;

– départementales de mars 2015 (25,24% au premier tour) ;

– régionales de décembre 2015 (27,73% au premier tour et 27,10% au second).

Au second tour de l’élection, elle a obtenu 33,90% des voix. La seule fois où le front national était parvenu au second tour de l’élection présidentielle, c’était en 2002, et Jean-Marie Le Pen y avait obtenu 17,79% des voix.

En nombre de voix, Marine Le Pen vient de battre par deux fois le record du nombre de voix obtenues par le FN ; ses précédents résultats étaient :

– 6.421.426 voix au premier tour de la présidentielle de 2012 ;

– 5.142.241 voix au premier tour des départementales de 2015 ;

– 6.018.904 voix et 6.820.477 voix respectivement aux premier et second tours des élections régionales de 2015.

En 2017, elle a obtenu 7.678.491 voix au premier tour et 10.638.475 voix au second tour de l’élection présidentielle.

Taggé