Une association sans nom

 

Après les attentats de Bruxelles, les autorités belges ont lancé arrestations et perquisitions.

Elles ont déclaré ce week-end avoir appris que les terroristes voulaient frapper à Paris, qu’une arrestation parmi les leurs leur avait fait craindre un démantèlement proche de leur réseau, et qu’ils avaient en conséquence décidé dans l’urgence de frapper là où ils étaient, à Bruxelles.

Les télévisions françaises d’information en continu (BFM-TV, I-Télé, LCI) nous ont appris ce dimanche, et aujourd’hui lundi, que les cibles prévues auraient été un centre commercial à la Défense et une association catholique.

Les télévisions ne savaient peut-être pas dimanche précisément quelle est cette association catholique, les autorités belges ayant peut-être été muette sur la question.

Elles ne nous ont donc parlé que d’une « association catholique ». C’était une « association catholique radicale », une « association catholique conservatrice », une « association catholique ultra-conservatrice », une « association catholique intégriste ». J’ai d’abord pensé à « la Manif pour tous » et à « Civitas ». Puis quand est apparu l’adjectif « intégriste », j’ai pensé que c’était probablement Civitas. Mais journalistes, présentateurs, commentateurs et « experts » ont toujours parlé d’une « association catholique », qualifiée d’un des adjectifs précités.

Une fois ce matin, sur BFM-TV, entre 08h00 et 08h30, une journaliste a dit que l’association ciblée était Civitas. Voilà donc mon intuition confirmée. Mais Civitas ne fut citée ni dans les titres, ni dans le reportage, juste dans un commentaire ultérieur. A 11h30, sur BFM-TV, le présentateur du journal indique qu’on va voir en détail les cibles des terroristes; et là, direction la Défense; pas un mot sur Civitas.

Je n’ai donc entendu citer qu’une seule fois Civitas ce matin sur les chaînes d’information; je ne peux certifier que le nom n’a pas été cité plusieurs fois, car je n’ai pas écouté en simultané toutes les chaînes; mais il est certain que Civitas n’a été cité ni dans les titres, ni dans les sujets de reportage.

Dans le journal de la mi-journée des chaînes généralistes, l’« association catholique » n’a toujours pas de nom, ni dans le journal de 12h25 de la télévision d’Etat France3, ni dans celui de 13h00 de TF1.

Ce traitement de l’information appelle plusieurs commentaires.

D’abord quant à l’utilisation du mot « radical ». J’ai déjà évoqué un cas précédemment1. Mais on a aujourd’hui un cas encore plus flagrant de manipulation. Car on veut créer là une fausse symétrie entre chrétiens et musulmans. Les terroristes bruxellois sont des jeunes radicalisés; Civitas est une association catholique radicale.

Je ne connais pas particulièrement Civitas; je sais juste que Civitas a incité les catholiques à s’investir dans la vie de la cité à l’occasion des élections municipales de 2014, et que ses membres ont manifesté contre la légalisation du « mariage » homosexuel. A ma connaissance, pas d’égorgement de mécréants, pas de tuerie à la Kalashnikov  dans les rues de nos villes, pas de bombe dans le métro; ni l’exécution de tels actes, ni l’appel à commettre de tels actes, ni la justification de l’exécution éventuelle de tels actes. Mais en parlant d’une association catholique « radicale », sans donner son nom (ce qui pourrait permettre à chacun de se renseigner), on indique, dans le contexte actuel, qu’il existerait en France une organisation catholique de même nature que Daesch.

Ensuite, il me semble que le nom de Civitas n’est pas cité, probablement pour ne pas lui faire de publicité. Imaginez qu’un attentat ait été prévu contre la LDH2 ou SOS-Racisme. Pensez-vous que leur nom n’aurait pas été cité? Pensez-vous que les télévisions auraient répété à l’infini que les terroristes pensaient viser « une organisation d’extrême-gauche »? Evidemment non. Le nom de ces associations aurait été cité tous les quarts d’heure; leurs dirigeants auraient été interviewés; on aurait diffusé des reportages sur leurs membres, forcément très sympathiques; des tas de personnalités politiques et de saltimbanques en recherche de notoriété nous aurait demandé d’afficher des « je suis LDH ». A posteriori, tout le cynisme de la gauche apparaît, cette gauche voulant nous imposer d’« être Charlie », de vénérer Charlie, sous peine d’être accusé de ne pas être républicain3. Si un attentat avait eu lieu à Civitas, tous ces gens n’auraient pas dit: « je suis Civitas », n’auraient pas appelé à faire un don en faveur de Civitas. Les millions d’euro à récolter, c’est seulement pour des trucs comme Charlie-Hebdo.

En conclusion, 24 heures à répéter tous les quarts d’heures que les terroristes « bruxellois » voulait attaquer une association catholique, sans jamais la nommer, c’est vraiment tout à fait remarquable.

1- Voir chronique du 14 février 2016: « Radicalisation ».

2- LDH: Ligue des Droits de l’Homme.

3- Voir chronique du 2 février 2015: « L’escroquerie de Charlie ».