Symétrie bancale

Dans un petit article non-signé publié dans son édition du 25 décembre, la Charente libre établit un parallèle assez stupide entre deux événements : « En 10 jours, l’esprit de Noël a pris deux jolies claques », écrit le quotidien.

D’un côté, le premier événement à Langon, en Gironde, le 13 décembre 2017 : des enseignants ont emmené des élèves voir le dessin animé « L’étoile de Noël » ; jugeant le dessin animé pas assez « laïc », ils interrompent la séance pour que les élèves n’en voient pas la fin.

De l’autre côté, un concert de Noël dans une église près d’Amiens début décembre : « Près d’Amiens, début décembre, c’est l’excès inverse qui avait été constaté. «Petit Papa Noël», de Tino Rossi, avait été expulsé d’une église et rayé du répertoire d’une chorale pour le concert de Noël. Curé et paroissiens trouvaient ce chant pas assez catholique pour être joué dans une église », écrit le quotidien.

Le journal met donc sur le même plan le fait que des enseignants ne veulent pas que leurs élèves sachent que la fête de Noël commémore la naissance de Jésus-Christ, et le fait que des fidèles chrétiens ne fassent pas chanter « Petit Papa Noël » dans une église ! Avec cette formule admirable : « excès inverse ». Ainsi que deux expressions qui visent à stigmatiser cette absence dans l’église du bonhomme rouge à la barbe blanche : « expulsé d’une église » (on attend presque le lancement d’une pétition pour le « migrant » Père Noël…) et « rayé du répertoire » (donc censure menaçante).

Cette symétrie entre ces deux faits donne l’impression que la Charente libre cherche à minimiser le sectarisme stupide, extrémiste et obscurantiste des enseignants girondins, en y juxtaposant artificiellement un prétendu extrémisme catholique. Les laïcards sont frappés d’apoplexie en découvrant qu’un dessin animé sur Noël parle de Noël, mais regardez, il y a bien pire : les catholiques chassent le Père Noël.

Dans le cas où telle n’aurait pas été l’intention du journaliste anonyme qui a pondu cet article, je me permets de lui communiquer deux informations pour sa réflexion personnelle :

– Le Père Noël n’existe pas ;

– Les catholiques mettent la chanson du Père Noël chez eux, vont voir la « Guerre des Etoiles » au cinéma ; mais quand ils sont à l’église pour fêter Noël, Pâques ou tout autre événement religieux, ils ne prient ni le Père Noël, ni Luke Skywalker. Je ne suis pas certain que l’absence de culte religieux rendu à ces personnages de fiction puisse sérieusement et honnêtement être qualifiée d’« excès »……

.

1- « Jugée pas assez laïque, la projection scolaire interrompue », la Charente libre, 25 décembre 2017 (article non-signé).