Le brouillard et le flou

La majorité présidentielle à l’assemblée nationale est très confortable1 (addition des députés de LREM et du MODEM).

Cette majorité va néanmoins au-delà de ces chiffres.

Certains hommes politiques de droite ont franchi le pas et sont passés à gauche avant les élections législatives. Anciennement LR, trois d’entre eux sont entrés au gouvernement : Edouard Philippe, député-maire du Havre (Seine-Maritime), devint premier ministre ; Bruno Le Maire, député de l’Eure, devint ministre de l’économie ; Gerald Darmanin, maire de Tourcoing (Nord), devint ministre « de l’action et des comptes publics ».

Les députés UDI et certains députés LR ont créé un groupe à l’assemblée nationale, qu’ils ont appelé les « constructifs ». Une partie d’entre eux a voté la confiance au gouvernement, mais beaucoup se sont réfugiés dans l’abstention. Le début de la dérive à gauche et d’un positionnement plus ou moins partiel dans la majorité présidentielle.

Du côté des LR non-constructifs, les députés restent à droite et dans l’opposition. Une partie des députés LR a voté contre la confiance au gouvernement, mais la majorité d’entre eux a préféré l’abstention. Confrontée à une opposition LR qui n’a apparemment pas d’opinion sur la politique gouvernementale et qui s’abstient sur le vote de confiance, la majorité présidentielle doit pour l’instant être assez optimiste…

Ce développement de la constructivité se répandra-t-il partout ? Au conseil de Paris, une petite partie des conseillers municipaux LR ont eux aussi créé un groupe « constructif ».

Tout çà n’est quand même pas très clair. Et de l’autre côté, chez les socialistes, ce n’est pas très limpide non plus.

Il ne reste plus qu’à attendre que tout çà se décante un peu pour y voir plus clair.

Ce bazar actuel aura peut-être un léger effet positif. Si certains élus de droite sont en train d’enfin se rendre compte qu’ils sont en fait de gauche, et qu’ils passent à gauche, leur départ aura peut-être pour conséquence de dégauchiser un peu la droite…

.

1- Voir chronique du 5 juillet 2017 : « Dans la foulée ».