Raz de marée à gauche pour l’élection présidentielle

Le second tour de l’élection présidentielle française était organisé le 7 mai 2017.

François Fillon, le malheureux candidat LR, arrivé troisième au premier tour, appelait dès le soir de son éviction à voter pour Emmanuel Macron.

Ses électeurs l’ont apparemment majoritairement suivi, puisque Emmanuel Macron, le candidat socialiste dissident, a été élu président de la république avec 66,10% des voix.

L’exploit de monsieur En-Même-Temps

Le 23 avril 2017, les Français votaient pour le premier tour de l’élection présidentielle.

Après 5 années de mandat du calamiteux président socialiste François Hollande, au bilan tellement désastreux qu’il n’a même pas osé participer à l’élection pour tenter de se faire réélire, on pouvait penser que cette élection allait donner une très claire majorité à la droite. Il n’en a rien été.

Le candidat arrivé en tête au premier tour est Emmanuel Macron, ancien banquier d’affaires chez Rothschild et Cie, ancien membre du parti socialiste, secrétaire général adjoint du cabinet de l’Elysée de 2012 à 2014, ministre de l’Economie de 2014 à 2016. Avec ce pedigree qui aurait dû le cantonner à 6% des voix, il réussit l’exploit de caracoler en tête avec 24,01%.

On est donc obligé de constater le talent de monsieur Macron. Pas tant celui de ministre, puisque, sauf erreur, son bilan positif se limite à la création de quelques lignes de bus inter-villes, plus ou moins rentables. Plutôt sa faculté à avoir adopté l’idéologie dominante, et à l’avoir associée à son sourire permanent, ce qui lui a attiré la sympathie quelque peu militante des médias dominants. Puis sa posture de « monsieur En-Même-Temps » ; ce tic de langage (il répète très régulièrement cette expression) illustre sa capacité à exprimer des positions divergentes, mais réunifiées par son « en même temps » pour ratisser large.

Cet exploit de monsieur Macron a probablement contribué à maintenir la France à gauche lors de ce premier tour.

L’ensemble des candidats de droite au premier tour a obtenu 48,13% des voix : Marine Le Pen (FN) 21,30%, François Fillon (LR) 20,01%, Nicolas Dupont-Aignan (DLF) 4,70%, Jean Lassalle (dissident MODEM) 1,21% et François Asselineau (UPR) 0,92%.

L’ensemble des candidats de gauche au premier tour a obtenu 51,87% des voix : Emmanuel Macron (socialiste dissident) 24,01%, Jean-Luc Mélenchon (gauche bolivarienne) 19,58%, Benoît Hamon (PS) 6,36%, Philippe Poutou (NPA, trotskyste) 1,09%, Nathalie Arthaud (LO, trotskyste) 0,64% et Jacques Cheminade 0,18%.

Neil Gorsuch

Neil Gorsuch est devenu le 113ème juge de la Cour suprême américaine. Il succède à Antonin Scalia1, décédé le 13 février 2016.

Pendant la campagne présidentielle, le nouveau président républicain Donald Trump avait promis de nommer un bon juge, susceptible de rendre des arrêts « pro-vie ». Il a désigné à ce poste Neil Gorsuch le 31 janvier 2017.

La confirmation du nouveau juge par le Sénat aurait dû nécessiter une majorité de 60 voix (sur 100 sénateurs) pour contrer un éventuel blocage démocrate. Face à l’obstruction menée par les sénateurs démocrates, les sénateurs républicains ont décidé de passer le vote à la majorité simple (51 voix).

Le 7 avril 2017, Neil Gorsuch a été confirmé au Sénat avec 54 voix. 51 des 52 sénateurs républicains ont voté pour (1 n’a pas pris part au vote) ; 3 sénateurs démocrates ont joint leur voix aux sénateurs républicains.

Cette nomination est une mauvaise nouvelle pour la gauche, pour au moins 4 raisons. Le juge Gorsuch est considéré comme conservateur, originaliste et littéraliste ; la quatrième raison est que le juge est jeune (49 ans) ; les juges de la Cour suprême étant nommés à vie, le juge Gorsuch est donc susceptible d’occuper le poste pour plusieurs décennies.

La droite peut à juste titre considérer cette nomination comme une bonne nouvelle ; le risque existait en 2016 que l’ancien président Obama nomme un juge de gauche. Et une élection de la candidate démocrate Hillary Clinton à la présidence des Etats-Unis aurait conduit à la désignation d’un juge gauchiste.

Il convient néanmoins de légèrement relativiser cette victoire conservatrice. Le nouveau juge a en fait les mêmes positions que le juge qu’il remplace. L’équilibre2 de la Cour suprême n’est donc pas changé par cette nomination. Cet équilibre ne pourrait être modifié que si, dans les 4 prochaines années, Donald Trump avait à procéder au remplacement d’un juge gauchiste. De plus, les républicains n’ont qu’une très faible majorité au Sénat (52 sièges sur 100) ; et un tiers des sièges du Sénat sera renouvelé lors des élections de novembre 2018, qui pourraient facilement se traduire par un changement de majorité au Sénat ; ce risque peut néanmoins être tempéré par le fait qu’en 2018, 25 sièges détenus par les démocrates seront en jeu, et seulement 9 détenus par des républicains.

.

1- Voir chronique du 21 février 2016 : « Le Monde et les républicains américains ».

2- Voir chronique du 14 décembre 2016 : « Bataille pour la Cour suprême ».

Julien Barbé

Le ministère de la Défense a annoncé le décès du caporal-chef Barbé au Mali.

L’après-midi du 5 avril 2017, au centre du Mali, à 200 km au Sud-Ouest de Gao, une explosion touche un VBL1 français ; deux soldats sont blessés et évacués par hélicoptère vers Gao. Environ deux heures plus tard, une embuscade est déclenchée contre le détachement du génie qui sécurise la zone ; le caporal-chef meurt sous les balles des islamistes.

Agé de 28 ans, le caporal-chef Julien Barbé était marié et père de deux enfants. Entré dans l’armée en 2011, il appartenait au 6ème RG2 d’Angers ; il avait été envoyé au Mali en février 2017.

.

1- VBL : véhicule blindé léger

2- 6ème RG : 6ème régiment du génie

Elections législatives aux Pays-Bas

Mercredi 15 mars 2017, les Néerlandais votaient pour leurs élections législatives.

Leurs 150 députés sont élus à la proportionnelle dans une circonscription nationale unique ; une liste doit obtenir au minimum 0,67% des voix pour obtenir des sièges.

Le gouvernement sortant était soutenu par une coalition droite-gauche composée du VVD (parti populaire libéral et démocrate) du premier ministre Mark Rutte et du PvdA (parti travailliste).

Ces deux partis baissent fortement. Le VVD passe de 26,5% (41 sièges) en 2012 à 21,29% (33 sièges). Quant au PvdA, il s’effondre de 24,8% en 2012 (38 sièges) à 5,70% (9 sièges).

Le PVV progresse, et arrive en deuxième position dans ce scrutin, avec 13,06% (20 sièges). Le PVV (parti pour la liberté) a été créé en 2006, en prolongement du « groupe Wilders », créé en septembre 2004 par Geert Wilders, alors député du VVD. Le PVV est membre du groupe ENL au parlement européen1. Il a obtenu 5,9% (9 sièges) aux législatives de 2006, progressé jusqu’à 15,4% (24 sièges) en 2010, puis baissé à 10,1% (15 sièges) en 2012. Aux élections européennes de 2009, il a culminé à 17%, puis obtenu 13,3% en 2014.

Le PVV était légèrement concurrencé cette année par le FvD (forum pour la démocratie), créé en 2016, notamment par l’essayiste Thierry Baudet, dont un des livres a été traduit en français (« Indispensables frontières ») ; le FvD obtient 1,78% des voix et 2 sièges.

La GL (gauche verte) progresse de 2,33% (4 sièges) en 2012 à 9,13% (14 sièges) en 2017.

Parmi les autres partis en lice ayant obtenu des élus, notons Denk qui obtient 2,06% des voix et 3 députés pour cette première participation aux élections législatives. Denk a été fondé en 2016 par d’anciens membres du parti travailliste, pour regrouper les Néerlandais d’origine étrangère.

Au total, les députés élus sont émiettés entre 13 partis.

.

1- Voir chronique du 5 novembre 2016 : « Les droites nationales européennes dans les groupes parlementaires ».

Stoke et Copeland

Le 23 février 2017, deux élections législatives partielles étaient organisées en Grande-Bretagne, dans deux circonscriptions travaillistes, Stoke-on-Trent et Copeland.

La manière dont les résultats de Stoke-on-Trent, connus avant ceux de Copeland, ont été annoncés sur le site Internet du quotidien le Monde est remarquable.

Sur la page d’accueil du Monde, dans la rubrique « en continu », le résultat est annoncé de la manière suivante : « Echec d’europhobe dans un fief Brexit ».

Lorsqu’on accède à l’article1, son titre est : « Législative en Grande-Bretagne : un bastion pro-Brexit vote contre le chef du parti europhobe ».

L’article indique que la circonscription de Stoke-on-Trent est un bastion pro-Brexit, qui a voté à 69,4% pour le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne) ; que le candidat du parti travailliste « a rassemblé 7 853 voix, contre 5 233 voix » au candidat du UKIP ; que lors des législatives de 2015, « à Stoke, le candidat Ukip avait terminé loin derrière son rival travailliste (23% contre 39%) lors d’un scrutin marqué avant tout par une très forte abstention ».

Que peut-on remarquer dans ce texte ?

D’abord, et c’est courant dans la presse dominante, l’utilisation systématique et exclusif de l’adjectif « europhobe », qui vise à rapprocher le souverainisme soit d’une maladie (arachnophobe, agoraphobe, claustrophobe,……), soit d’un délit (xénophobe, homophobe).

Ensuite, cette élection est présentée comme un échec du parti europhobe UKIP, en insistant que cette circonscription avait très largement voté pour le Brexit. Cependant, cette circonscription n’était pas détenue par le UKIP, mais par le parti travailliste ; tout l’article vise à montrer que le candidat du UKIP a été battu ; or la réalité est qu’il n’a pas réussi à conquérir une circonscription travailliste, ce qui est quand même légèrement différent ; certes, noyé dans l’article, est évoqué le « maintien » de la circonscription dans le « giron travailliste », ce qui revient à dire celà, mais çà passe presque inaperçu dans le flot de l’article.

On peut ensuite noter la manière dont sont présentés les chiffres. 7853 voix au parti travailliste contre 5233 voix pour le UKIP, ce qui donne l’impression d’une victoire écrasante des travaillistes. Si, au lieu de donner les chiffres pour les deux premiers candidats, le Monde les avait publiés pour les quatre premiers, celà aurait donné 7853 pour les travaillistes, 5233 pour le UKIP, 5154 pour les conservateurs et 2083 pour les libéraux-démocrates ; ce qui montre une position beaucoup moins majoritaire des travaillistes.

Enfin, les résultats sont donnés en nombre de voix pour 2017, et en pourcentage pour 2015, ce qui rend impossible pour le lecteur toute comparaison. Si les pourcentages avaient été publiés, les lecteurs auraient plus constater que le parti travailliste, tout en conservant son siège, passait de 39,3% en 2015 à 37% en 2017, tandis que le UKIP progressait (de 22,7% en 2015 à 24,7% en 2017), de même que les conservateurs (de 22,5% en 2015 à 24,4% en 2017). Ce qui change la lecture des résultats de l’élection……

Accessoirement, notons que la « forte abstention » de 2015 s’était traduite par un taux de participation de 49,9% (contre 36,7% en 2017).

Les résultats de la seconde élection du week-end, à Copeland, sans doute connus plus tard, ne sont pas donnés dans cet article ; le parti travailliste a perdu cette circonscription qu’il détenait depuis des décennies. Le parti conservateur a conquis ce siège en obtenant 44,3% des voix (35,8% en 2015), battant les travaillistes à 37,3% (42,3% en 2015), tandis que le UKIP s’effondrait à 6,5% (15,5% en 2015).

A noter que le site du Monde a publié plus tard le jour-même un second article2 qui, en omettant de comparer les résultats avec 2015, reste sur l’idée que l’élection de Stoke-on-Trent est un échec pour le UKIP. Ce second article est néanmoins beaucoup moins caricatural que le précédent. Son idée-maîtresse peut évidemment être discutée, mais mérite au moins d’être sérieusement prise en compte : « L’ordre électoral qui s’est mis en place au Royaume-Uni depuis le référendum sur le Brexit se confirme : les conservateurs sont les grands vainqueurs, les travaillistes les grands perdants, et le UKIP (United Kingdom Independence Party), le parti anti-européen, peine à concrétiser dans les urnes le succès de ses idées ».

.

1- « Législative en Grande-Bretagne : un bastion pro-Brexit vote contre le chef du parti europhobe », 24 février 2017, le Monde (site Internet), article non-signé.

2- Eric Albert : « Royaume-Uni : défaite cuisante des travaillistes à une élection partielle, le Monde (site Internet), 24 février 2017.