Taharrush gamea

 

L’Europe a accueilli en 2015 un nombre d’immigrés considérable. Le pays qui a le plus collaboré à cette arrivée massive, voire l’a même provoquée, a été l’Allemagne. En 2015, ce pays a accueilli plus d’un million d’immigrés, musulmans pour la plupart. D’autres pays en ont beaucoup moins accueilli, mais dans une proportion importante quand même, si l’on met en rapport ces arrivées avec le nombre d’habitants de la population autochtone.

Ce flux de population a provoqué des problèmes de cohabitation et d’insécurité, que les autorités et les organes de presse ont généralement dissimulés, ou minimisés. Pour ne pas augmenter l’inquiétude des populations locales face à ce flot.

Cette omerta a volé en éclats en ce début d’année 2016, après la chasse à la blanche, sur la place de la gare de Cologne en Allemagne, la nuit de la Saint-Sylvestre. Il a quand même fallu quelques jours pour que la presse mentionne les faits, d’abord de manière minimisée, puis dans toute son ampleur, c’est-à-dire plus de 500 vols et agressions sexuelles, et plus de 1000 agresseurs étrangers impliqués.

Hommes politiques et journalistes ont dû réorienter leurs discours dans un sens un peu moins immigrationniste après la publicité faite aux événements de Cologne. Mais les vieux réflexes ont la vie dure; par exemple, la réaction de madame Henriette Reker, maire de Cologne, qui, plutôt que de réclamer un arrêt de la déferlante migratoire, a conseillé aux femmes de maintenir avec les hommes « une distance plus longue que le bras ».

Les agressions de Cologne n’ont pas été des événements isolés la nuit de la Saint-Sylvestre.

On a ainsi appris progressivement que d’autres agressions du même type avaient eu lieu ailleurs dans la nuit du Nouvel an. Dans les autres villes, le nombre d’agressions a été moindre. Mais le choc de l’ampleur de Cologne a projeté sous la lumière des tas d’autres agressions partout en Europe, qui, sans Cologne, seraient restés des événements isolés, et seraient restés cachées.

En Allemagne d’abord, des agressions ont été enregistrées la même nuit à Hambourg, Francfort et Bielefield. En Suisse, à Zürich. En Autriche, à Vienne, Innsbrück et Salzbourg.

Partout, les témoignages des victimes montraient, sans ambiguïté, que les agresseurs étaient étrangers, ou d’origine étrangère.

Les autorités allemandes ont été obligées de prendre en compte publiquement cette criminalité étrangère, et de fournir des éléments d’explication à leur population. Dans la conclusion de son rapport1 sur les événements de Cologne, le ministère de l’Intérieur du land de Rhénanie du Nord-Westphalie écrit: « Dans les pays arabes, un modus operandi est connu et désigné sous le terme de « taharrush gamea » (harcèlement sexuel à plusieurs dans un groupe humain) ».

Les agressions de Cologne ont été médiatisées. Mais ce n’étaient pas les premières en Europe depuis le début de la vague d’immigration massive. Antérieurement à Cologne, d’autres faits similaires avaient été camouflés en Europe. Après la révélation des agressions de Cologne, des langues se sont déliées en Europe.

Des agressions antérieures avaient été cachées en Suède en 2014. Lors du festival de rock « We are Stockholm » en août 2014, des agressions sexuelles par des étrangers ont été constatées. Idem pour la version du même festival en 2015. Dans les deux cas, comme les agresseurs étaient étrangers, les faits ont été cachés par la police. Des groupes d’étrangers encerclaient les filles pour les agresser sexuellement. La police suédoise reconnaît qu’elle a caché les faits, sans donner de motif particulier. Le fait que les agressions aient eu lieu en août 2014, et que les Suédois votaient le 14 septembre 2014 pour leurs élections législatives n’a sûrement aucun rapport….

Les événements de Cologne ont aussi eu des effets sur le traitement médiatique des affaires ultérieures. Les agressions et problèmes de cohabitation ont été plus exposés qu’avant.

A Bornheim (Rhénanie du Nord-Westphalie), la piscine a été interdite en janvier 2016 aux immigrés mâles après des plaintes d’Allemandes pour harcèlement verbal; cette mesure n’a été que temporaire, le temps, semble-t-il, que des séances d’information soit effectuées pour les immigrés logés dans un centre hébergement voisin sur la manière de se conduire dans une piscine. Les problèmes dans les piscines semblent courants en Allemagne. Le Süddeutsche Zeitung3 explique que dans plusieurs piscines, des problèmes de harcèlement ont été notés, et que les immigrés se rasent, ou se coupent les ongles à la piscine.

Au Danemark, en janvier 2016, certains restaurants et discothèques ont été interdits aux personnes ne parlant pas anglais, allemand ni danois; en vue évidemment de refouler les immigrés fraîchement arrivés. Métronews2 cite le propriétaire d’un club de la ville d’Haderslev, lui-même d’origine syrienne, qui a décidé lui aussi d’appliquer cette mesure, et qui explique: « Quand ils voient une fille, ils deviennent fous, ils essaient de la toucher ou de s’agripper à ses vêtements ».

Les condamnations suite aux agressions de Cologne risquent cependant d’être très « occidentales ». Pour s’en convaincre, il faut lire l’article4 de Caroline Parmentier dans Présent du 26 février 2016. D’après l’article, il n’y a eu pour l’instant qu’une seule condamnation d’un agresseur, un Marocain, pour un vol d’appareil photo à l’arraché, à 6 mois de prison avec sursis, « c’est-à-dire rien ». En revanche, le quotidien Présent reprend aussi des informations du Süddeutsche Zeitung, indiquant qu’une enquête a été ouverte contre des policiers fédéraux allemands pour violation du secret professionnel, pour avoir révélé au public que des agressions avaient eu lieu à Cologne, alors que les autorités cachaient ces événements.  Dans cette affaire, va-t-on avoir plus de policiers condamnés que de violeurs? Va-t-on avoir des condamnations plus lourdes pour les policiers que pour les agresseurs? Car le bon millier d’agresseurs étrangers va sans doute s’en tirer sans encombres….

Néanmoins, la chasse à la blanche de Cologne, dont l’ampleur n’a pas permis qu’elle reste occultée, a sans doute marqué un tournant majeur dans l’information des peuples européens sur les réalités de l’immigration en Europe, en fracassant la propagande immigrationniste habituelle des gouvernements et de la presse dominante.

 .

1-  « Rapport du ministère de l’Intérieur sur les agressions à la gare de Cologne dans la nuit de la Saint-Sylvestre » du 10 janvier 2016.

2- Thomas Guien: « Danemark: pour entrer en boîte, les réfugiés sont priés de savoir parler anglais ou allemand », dans Métronews du 20 janvier 2016.

3- Barbara Vorsammer: « Badepass für Flüchtlinge », dans Süddeutsche Zeitung du 16 janvier 2016.

4- Caroline Parmentier: « Cologne: qui a parlé? », dans Présent du 26 février 2016.

 

Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *