Baisse du niveau

Dans « Le changement de peuple », en marge du sujet principal du livre, Renaud Camus explique la baisse du niveau scolaire en France par l’analyse suivante, qui mérite d’être examinée.

« Les classes dites défavorisées, culturellement, s’exposent à de pareilles surprises et de semblables déceptions lorsque des politiques scolaires démocratiques, voire hyperdémocratiques, permettent à leurs enfants de faire des études précédemment réservées aux classes privilégiées : elles s’avisent à cette occasion que les hautes études et les brillants diplômes c’est aussi beaucoup de travail et d’efforts, une concentration et une détermination qu’elles n’imaginaient pas. Si elles en ont politiquement le pouvoir, ou si quelqu’un qui en a le pouvoir a intérêt à ce qu’elles obtiennent satisfaction (ce qui est généralement le cas, car elles sont les plus nombreuses), elles exigeront et elles obtiendront que ces efforts et ce travail soient indéfiniment réduits : moins d’heures de cours, des journées moins longues, plus de vacances, des cartables plus légers, moins de livres, moins d’autorité, moins de sélection, moins de notes, de meilleures notes, la fin du redoublement, moins de culture générale, plus de réussites aux examens, etc. Ces réformes s’opèrent à grand dommage, il va sans dire, pour la qualité des diplômes, pour leur sens, leur contenu, leur portée et ceux des études elles-mêmes, et pour la situation culturelle globale – y compris bien sûr celle des anciens privilégiés ».

Taggé .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *