Quand arrivent les problèmes

Il y a longtemps, en 1975, le chanteur d’extrême-gauche Renaud Séchan déclamait dans la chanson « Hexagone » ce qu’il pensait de la France et de la police, avec une poésie, une finesse et une rebellitude qui faisaient, et font encore, se pâmer d’admiration et d’idolâtrie le monde médiatique (y compris Eric Zemmour même) :

« La France est un pays de flics,

À tous les coins de rue y en a cent,

Pour faire régner l’ordre public

Ils assassinent impunément. »

Lorsqu’il ne chantait pas, dans son style de petit bourgeois singeant le prolétaire, Renaud utilisait sa plume pour Charlie-Hebdo.

Puis il disparut brièvement de la vie publique, probablement trop occupé à ingurgiter assidûment le contenu de nombreuses bouteilles.

Après l’assassinat de ses copains de Charlie-Hebdo, il est sorti de sa léthargie, et nous est revenu avec une nouvelle chanson : « J’ai embrassé un flic ». Mais apparemment quand même sans renier « Hexagone ».

Dans « l’enfant du flic », Jean-Pax Méfret parlait lui aussi de la police et de l’armée en 1982, ou plus exactement du sort de leurs enfants, face aux anti-flics et aux antimilitaristes. Et c’était pour les défendre.

En juin 2016, après l’assassinat de deux policiers à Magnanville1, le chanteur Renaud est passé au poste de police municipale de l’Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse, pour offrir des fleurs aux policiers2. Pas rancuniers semble-t-il, les policiers de la ville ont accepté les fleurs ; pourquoi pas ? Beaucoup moins glorieux pour les policiers en revanche : ils ont posé avec le chanteur d’extrême-gauche, pour une photo donnée à la presse. Et on peut se demander s’ils auraient accepté de poser avec Jean-Pax Méfret ; pas sûr. C’est en effet une grande tradition des institutions de se trouver honorées lorsqu’un gauchiste qui dégueule habituellement sur elles accepte de faire une pause ; en revanche, ces mêmes institutions ne veulent souvent pas s’afficher avec des gens de droite qui les défendent….

Mais après tout, le chanteur Renaud en parlait déjà dans sa chanson « Où c’est qu’ j’ai mis mon flingue ? », en 1980 :

« Y a même des flics qui me saluent

Qui veulent que je signe dans leurs calots

Moi je crache dedans, et je crie bien haut

Que le bleu marine me fait gerber »

Renaud n’a, semble-t-il, toujours pas renié cette chanson non plus. Il pourrait peut-être la dédicacer aux policiers vauclusiens…..

Mais comme aujourd’hui, il a quand même « embrassé un flic » après l’assassinat de ses potes, il est impossible de conclure cette chronique sans citer « l’enfant du flic » de Jean-Pax Méfret, dont les paroles s’appliquent finalement particulièrement bien, une trentaine d’années plus tard, au chanteur Renaud. L’enfant du flic, donc :

« A la télé, dans les journaux,

Son père est traité de facho.

Mais dès qu’il arrive un problème,

C’est le flic, le soldat qu’on aime. »

.

1- Voir chronique du 20 juin 2016 : « Les étincelles du ramadan ».

2- « Quand Renaud offre des fleurs aux policiers », le Dauphiné, 15 juin 2016, article non-signé, (site Internet).

Le Mur en chansons

 

Le mur de Berlin a inspiré quelques chansons.

Parmi les chanteurs du Mur, le plus important est évidemment Jean-Pax Méfret.

Certes, il faut d’abord citer « le soir du 9 novembre » (1999):

« C’était le soir du 9 novembre

Un peuple entier se libérait

Près de 40 ans à attendre

Pour passer de l’autre côté. »

Mais cette chanson n’est pas la meilleure de Jean-Pax Méfret sur le mur de Berlin. En revanche, deux autres de ses chansons sont les plus importantes de la discographie française sur le Mur: « Véronika » et « Professeur Muller ».

Véronika:

« Elle avait des cheveux blond fou, Véronika

Des yeux bleus tristes et un air doux, Véronika

A Berlin-Est, elle balayait les allées.

Elle a voulu s’évader.

Aujourd’hui, il ne reste rien de Véronika.

Un peu de terre, une petite croix de bois.

La rose rouge et l’œillet sont fânés

Près de ce mur droit,

Ce mur froid. »

Professeur Muller (1982):

« Derrière lui, le rideau de pierre,

Les miradors, les Vopos armés.

Les tilleuls ne forment plus la frontière;

Il y a un mur à Berlin, professeur Muller »

« Dans sa chambre, il oublie ses misères,

Sur son violon au bois usé.

Le vieil homme s’évade par la prière.

La nuit s’achève loin des barbelés »

Daniel Balavoine avait aussi interprété des chansons sur le mur de Berlin. Il avait sorti en 1977 un album: « les aventures de Simon et Guenther ». Les chansons racontent l’histoire de deux frères vivant à Berlin, de chaque côté du Mur; celui habitant Berlin-Est est tué lorsqu’il essaie de passer à l’Ouest. Chansons intéressantes, mais qui ne sont pas au niveau de celles de Jean-Pax Méfret, tant pour les paroles que pour la musique.

Mon pauvre Guenther (1977):

« C’est vrai, d’autres ont voulu s’envoler.

Je sais qu’ils ont été fusillés.

Mais j’aimerais mieux mourir libre,

Que mourir de vivre en prison. »

Lady Marlène (1977):

« A Berlin, tu sais, rien n’a changé.

C’est trop difficile de s’évader.

Les hommes en vert ont tiré. »

Pour terminer notre liste de chansons françaises, on citera enfin celle de Jean-Jacques Debout (accessoirement le mari de Chantal Goya) « Berlin » (1968):

« Qu’ils sont hauts les murs de Berlin,

Pour tous les enfants de Berlin.

Qu’ils sont hauts les murs qui s’élèvent,

Pour les enfants qui s’aiment. »

Dans la musique anglophone, on peut citer la chanson de David Bowie « heroes » (1977):

« I can remember

Standing by the wall

And the guards

Shout above our heads

And we kissed

As though nothing could fall

And the shame was on the other side

Oh we can beat them

For ever and ever

Then we can be heroes

Just for one day »

La même année, David Bowie sort une version française de sa chanson; on peut saluer l’effort de chanter en français, mais, artistiquement, la version anglaise est nettement préférable.

« Je me rappelle

Debout près du Mur,

Les gardes tirant

Au-delà de nous

Et je t’embrassais

Comme si rien ne tombait.

Et la honte était de l’autre côté.

Oh! Nous les vaincrons,

Nous les vaincrons à jamais

On pourra être héros

Pour juste une journée. »

David Bowie: "Heroes" en version française

 

Pour conclure, Pierre Bachelet avait en 1985 chanté « le no man’s land » (musique: Pierre Bachelet; paroles: Jean-Pierre Lang); cette superbe chanson ne parlait pas de Berlin, mais du rideau de fer en général.

« J’ai tenté de passer, cinquante mètres à faire.

J’ai entendu tirer, je suis tombé par terre.

J’ai la vie qui s’enfuit au milieu de ma chemise.

Mais que c’est beau la vie, même s’il y a des surprises.

Je regarde les nuages, j’aimerais être comme eux.

On ne tire pas au passage les flocons du ciel bleu.

Etendu sur le dos, je regarde une dernière fois.

Mais que le monde est beau, est beau autour de moi.

Et le soleil se levait

Sur le no man’s land. »