Alliance OVP/FPO

Comme attendu, l’OVP et le FPO sont parvenus à un accord de coalition.

Pour la troisième fois de son histoire, le FPO entre au gouvernement : il était auparavant allié aux sociaux-démocrates de 1983 à 1986, puis aux conservateurs de 2000 à 2005 ; de 2005 à 2006, après la scission du FPO et la création du BZO, les 3 ministres FPO restaient au gouvernement sous l’étiquette BZO.

Dans le nouveau gouvernement autrichien dirigé par le conservateur Sebastian Kurz, le FPO obtient six ministères, et non des moindres : le président du parti, Heinz-Christian Strache devient vice-chancelier ; le vice-président de l’assemblée et ancien candidat à l’élection présidentielle Norbert Hofer devient ministre des Transports ; les ministères de la Santé, de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères reviennent aussi au FPO, le ministère des Affaires étrangères étant une personnalité non-membre du FPO proposée à ce poste par le FPO.

Mode de scrutin allemand

Les élections législatives allemandes sont organisées au scrutin proportionnel, mais selon un procédé que nous n’utilisons pas en France.

Les électeurs disposent de deux voix. La première voix sert à élire un député dans leur circonscription, au scrutin majoritaire uninominal à un tour (« mandat direct ») ; la seconde est donnée à une liste dans la région.

En théorie, l’assemblée allemande, le Bundestag, est composée de 598 députés : 299 élus pour chacune des deux voix.

Sont d’abord désignés les 299 députés du scrutin uninominal, élus avec la première voix. Puis les 299 autres sont désignés en complément, pour faire en sorte que le nombre de députés total de chaque parti corresponde à la proportion donnée par la deuxième voix.

Si tout se passe bien, le Bundestag est donc composé de 598 députés.

Mais le problème se pose quand un parti obtient avec la première voix plus de sièges que ceux auxquels il aurait théoriquement droit en comptabilisant les deuxièmes voix. Dans ce cas, les élus en trop ne sont pas supprimés ; on ajoute des députés aux autres partis pour respecter la proportionnalité des suffrages de la deuxième voix.

Prenons un exemple fictif simplifié pour expliquer et illustrer. Imaginons une assemblée composée de 100 élus (50 pour chaque voix).

Cas n°1 : un parti obtient 6 sièges avec la première voix, et 10% avec la deuxième voix. Il aura 10 élus : les 6 élus avec la première voix, et 4 autres sur les listes. Ainsi, ayant obtenu 10% des voix avec la deuxième voix, il a 10 élus à l’assemblée (10% des 100 sièges).

Cas n°2 : un parti obtient 15 élus avec la première voix, et 10% avec la deuxième voix. Comme il devrait avoir un total de 10 élus, il a donc 5 élus en trop. Il conserve ses 15 élus. Pour rétablir la proportion, il faut que le nombre total d’élus soit monté de 100 à 150. Ainsi, avec 15 élus sur 150, ce parti a bien 10% des sièges. Le nombre d’élus de l’assemblée a donc été augmenté de 50 : 5 déjà attribués à ce parti ; les 45 autres seront répartis proportionnellement entre ses concurrents.

Dans la réalité, la répartition des sièges s’établit évidemment selon un calcul plus compliqué, et légèrement différent (notamment parce que les listes sont régionales, et non pas nationales), mais le principe global est celui-là.

Le tableau ci-après indique le nombre de députés du Bundestag à l’issue des 5 dernières élections législatives.

Années

Sièges

2002

603

2005

614

2009

622

2013

631

2017

709

Les scrutins régionaux sont organisés en utilisant le même mode de scrutin, parfois adapté, dans la plupart des régions.

Par exemple, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, l’assemblée régionale est en théorie composée de 181 membres, dont 128 en mandat direct.

Le tableau ci-après indique le nombre de membres de l’assemblée régionale de Rhénanie-du-Nord-Westphalie à l’issue des 4 dernières élections.

Années

Sièges

2005

187

2010

181

2012

237

2017

199

C’est la raison pour laquelle, lorsque je compare les résultats entre plusieurs années, pour les élections allemandes, législatives ou régionales, je ne compare pas l’évolution du nombre de sièges des différents partis. Cela n’aurait aucune pertinence, étant donné que le nombre de sièges total de l’assemblée concernée est fluctuant. Je préfère comparer les pourcentages obtenus par les partis avec la deuxième voix ; il me semble qu’il s’agit du chiffre le plus significatif1. Parce qu’il donne le résultat du parti dans le vote populaire ; parce qu’il donne plus ou moins le pourcentage d’élus du parti dans l’assemblée, le scrutin étant proportionnel.

.

1- Voir par exemple chronique du 12 juin 2017 : « Derniers tests en Allemagne ».

Quelle coalition pour la RFA ?

Angela Merkel a effectué trois mandats à la chancellerie allemande.

Le premier, de 2005 à 2009, à la tête d’une « grande coalition » entre les chrétiens-démocrates de la CDU et de la CSU, et les sociaux-démocrates du SPD.

Le deuxième, de 2009 à 2013, à la tête d’une coalition entre les chrétiens-démocrates et le FDP, conséquence d’un effondrement du SPD (23% en 2009, contre 34,2% en 2005) et d’un progrès du FDP (14,6% en 2009, contre 9,8% en 2005).

Le troisième, de 2013 à 2017, à nouveau à la tête de la « grande coalition », suite à la disparition du FDP du Bundestag en 2013.

Le Bundestag élu en 2017 compte 709 députés ; la majorité se situe donc à 355 députés.

La répartition des députés s’établit comme suit :

Partis

Sièges

CDU

200

CSU

46

SPD

153

AFD

94

FDP

80

Die Linke

69

Verts

67

Le SPD ne souhaitait pas reconduire la « grande coalition ». Après les élections, Angela Merkel a engagé des négociations entre la CDU, la CSU, le FDP et les Verts. Après l’échec de ces pourparlers, le SPD vient finalement d’accepter de discuter avec Angela Merkel. Sans garantie de succès……

Angela Merkel paie l’addition

Après avoir pris ces dernières années deux décisions considérées comme des trahisons par certains de ses électeurs (importation en un an de plus d’un million de musulmans et légalisation du mariage homosexuel), Angela Merkel semble en avoir payé le prix lors des élections législatives du 24 septembre 2017.

L’alliance CDU/CSU dirigée par Angela Merkel arrive certes en première position, avec 33% des voix, et arrive en tête dans 231 des 299 circonscriptions. Mais Angela Merkel est en très nette baisse par rapport à son score aux précédentes élections législatives de 2013, où elle était arrivée en tête avec 41,5% des voix.

Le score de la CDU seule s’établit à 26,8% en 2017, contre 34,1% en 2013. Elle est en-dessous de ses mauvais scores de 2005 (27,8%) et 2009 (27,3%). Il n’y a qu’une seule fois où la CDU a fait un plus mauvais score qu’en 2017 ; c’est aux premières élections de la RFA, en 1949 (25,2%).

La CSU, comme d’habitude, ne présentait des candidats qu’en Bavière. Elle y obtient cette année 38,8% des voix, contre 49,3% en 2013. Le seul plus mauvais score était pour elle aussi en 1949 (29,2%). C’est un score très décevant, pour un parti qui, aux législatives en Bavière, a culminé à 60% en 1976, et obtenait 58,6% en 2002 ; et une source d’inquiétude probablement, des élections régionales en Bavière étant prévues pour 2018.

Le SPD conserve sa place de deuxième parti du pays avec 20,5% des voix, contre 25,7% en 2013. C’est le plus mauvais résultat du SPD aux législatives de l’histoire de la RFA.

Le parti d’extrême-gauche Die Linke reste stable, avec 9,2% des voix, contre 8,6% en 2013. De même que les Verts, avec 8,9%, contre 8,4% en 2013.

Les deux partis en nette progression sont le FDP et l’AFD.

Le FDP réussit son retour au Bundestag. En 2013, il s’était effondré. Alors qu’aux législatives de 2009, il obtenait 14,6% des voix, il n’en obtenait en 2013 que 4,8%. Pour la première fois de l’histoire de la RFA, il passait sous la barre des 5%, et n’obtenait donc aucun siège au Bundestag. En 2017, avec 10,7%, il obtient donc à nouveau des députés.

De son côté, l’AFD, après avoir manqué de peu son entrée au Bundestag en 2013 avec 4,7% des voix, y parvient cette année en obtenant 12,6%. L’AFD est devenu le troisième parti allemand, après la CDU et le SPD.

Remontée des conservateurs en Autriche

Suite à la rupture de la coalition gouvernementale entre les conservateurs de l’OVP et les sociaux-démocrates du SPO, des élections anticipées étaient organisées en Autriche le 15 octobre 2017.

L’élection présidentielle de 2016 avait été marquée par l’élimination du SPO et de l’OVP à l’issue du premier tour1, où ils avaient chacun obtenu un score de 11% ; le second tour avait été remporté à deux reprises2 par le candidat écologiste contre le candidat du FPO.

Les élections législatives d’octobre 2017 ont été marquées par des scores plus habituels des principaux partis autrichiens.

L’OVP arrive en tête du scrutin, en progressant très fortement par rapport aux législatives de 2013, en passant de 23,99% (47 sièges) en 2013 à 31,47% (62 sièges) en 2017.

Le SPO régresse de la première place en 2013 à la deuxième place en 2017, bien que son résultat soit resté stable (26,82% en 2013 et 26,86% en 2017, avec 52 députés dans les deux cas).

Le FPO progresse notablement, passant de 20,55% et 40 députés en 2013, à 25,97% et 51 députés en 2017. Le FPO reste néanmoins légèrement en-deçà de son record de 1999 : 26,91% et 52 députés. Si ce score du FPO est indéniablement un succès, le rapprochant de ses meilleurs résultats, il faut néanmoins noter qu’il n’y a pas de progression de la droite nationale par rapport à 2013. En effet, le FPO progresse de 20,55% à 25,97%. Mais il ne subit pas en 2017 la concurrence du BZO3 ni du TS, qui ne présentaient pas de candidats ; en 2013, le BZO avait obtenu 3,53%, et le TS 5,74% (11 députés). Les suffrages de ces deux partis semblent s’être globalement reportés sur le FPO. Par exemple,dans la province de Carinthie, où le BZO avait son meilleur score national en 2013 (10,8%) et où le TS recueillait 6,9% des voix, le FPO passe de 17,9% à 31,75%.

Enfin, les Verts s’effondrent, passant de 12,42% à 3,80% ; étant en-dessous de la barre des 4%, ils perdent leurs 24 sièges de députés obtenus en 2013. Ils ont notamment probablement souffert de la présence d’une liste écologiste dissidente, la liste Peter Pilz, qui, avec 4,41%, obtient 8 sièges.

Les seuls vrais gagnants du scrutin sont donc les conservateurs de l’OVP.

L’OVP est en cours de discussion avec le FPO pour constituer une coalition de gouvernement.

.

1- Voir chronique du 24 mai 2016 : « Election serrée en Autriche ».

2- Voir chronique du 6 décembre 2016 : « Petite baisse du FPO ».

3- Voir chronique du 29 mai 2016 : « Forte poussée du FPO ».

La droite se maintient en Norvège

Le 11 septembre 2017, les Norvégiens étaient appelés aux urnes pour leurs élections législatives.

La gauche a progressé par rapport aux précédentes élections en 2013. Le premier parti du pays est certes en baisse : le parti travailliste passe de 30,8% en 2013 à 27,4% en 2017, et tombe de 55 à 49 députés. Mais les autres partis de l’opposition de gauche progressent : le parti du centre passe de 10 à 19 députés, le parti socialiste de gauche passe de 7 à 11 députés, et les communistes du parti Rouge, créé en 2007, entrent au parlement avec 2,4% des voix et 1 siège.

La coalition de droite au pouvoir, bien qu’en baisse de 8 sièges par rapport à la précédente élection, conserve la majorité absolue à 88 sièges sur 169, contre 81 sièges à l’opposition de gauche.

Chacun des partis de la coalition de droite est en légère baisse : le parti conservateur du premier ministre Madame Erna Solberg, le parti du progrès, le parti libéral et le parti populaire chrétien. En 2013 comme en 2017, le parti conservateur et le parti du progrès forment le gouvernement ; le parti libéral et le parti populaire chrétien soutiennent le gouvernement sans y participer.

Parti de droite nationale norvégien créé en 1973, le parti du progrès a obtenu entre 2% et 5% des voix entre 1973 et 1985. Aux élections législatives de 1989, il devient le 3ème parti norvégien, avec 13% des voix et 22 députés. Après une baisse aux législatives de 1993 (6,3% et 10 députés), il repart à la hausse en devenant le deuxième parti norvégien en 1997 (15,3% et 25 députés). Il repasse à la 3ème position en 2001 (14,6% et 26 sièges). Il culmine aux législatives de 2005 (22,1% et 38 députés) et 2009 (22,9% et 41 députés), se hissant à nouveau à la deuxième place lors de ces deux élections (l’assemblée norvégienne comptait 165 sièges de 1989 à 2005, et en compte 169 depuis 2005). En 2013 et 2017, le parti du progrès baisse : 16,3% et 29 députés en 2013 ; 15,2% et 27 députés en 2017 ; il est relégué en troisième position par la montée du parti conservateur. Mais ce recul est compensé par l’entrée du parti du progrès dans la coalition de droite, et au gouvernement en 2013 ; le parti du progrès se voit attribuer en 2013 sept ministères sur 18, dont le ministère des finances (Madame Siv Jensen) et celui de la justice ; fin 2015, le gouvernement passe à 19 ministères, et le parti du progrès a désormais un huitième ministère, celui de l’immigration et de l’intégration. Ce nouveau ministère est attribué à Sylvi Lysthaug, ministre de l’agriculture dans le précédent gouvernement. Après les élections de septembre 2017, la répartition des ministères entre les partis reste identique.

Pari perdu pour Theresa May

Sans doute pour obtenir une majorité parlementaire plus confortable, et afin de ne pas avoir d’élections pendant les négociations relatives à la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, Theresa May, qui avait succédé à la fonction de premier ministre à David Cameron après le référendum, avait décidé d’organiser des élections législatives anticipées.

Les élections se sont déroulées le 8 juin 2017. Les conservateurs ont perdu leur majorité absolue en sièges, passant de 330 à 317 députés. Pour atteindre la majorité absolue de sièges au parlement (composé de 650 députés), les conservateurs ont dû s’allier désormais aux unionistes protestants nord-irlandais du DUP. C’est donc un revers pour Theresa May, qui avait provoqué ces élections anticipées pour obtenir une majorité absolue plus large, et qui est désormais à la merci des 10 députés du DUP.

C’est la magie de la démocratie. En progressant fortement dans les suffrages exprimés (42,4% contre 36,9% lors du précédent scrutin de 2015), les conservateurs baissent en nombre de sièges (317 contre 330 précédemment). Tandis que lors des élections précédentes1, le 7 mai 2015, David Cameron avait conquis la majorité des sièges, en obtenant 330 sièges, contre 306 lors du précédent scrutin de 2010 ; et ce avec un résultat électoral quasiment stable pour les conservateurs (36,9% contre 36,1% en 2010).

De son côté, le parti travailliste a fortement progressé : 40% des voix contre 30,4% en 2015, passant de 232 à 262 sièges. Les indépendantistes écossais du SNP, qui avaient obtenu en 2015 56 des 59 sièges de députés en Ecosse, n’en ont obtenu que 35 lors de ce dernier scrutin. Enfin, le UKIP s’effondre, passant de 12,6% des voix en 2015 à 1,8%, et perdant son unique siège de député.

.

1- Voir chronique du 19 mai 2015 : « Elections britanniques »