Julien Barbé

Le ministère de la Défense a annoncé le décès du caporal-chef Barbé au Mali.

L’après-midi du 5 avril 2017, au centre du Mali, à 200 km au Sud-Ouest de Gao, une explosion touche un VBL1 français ; deux soldats sont blessés et évacués par hélicoptère vers Gao. Environ deux heures plus tard, une embuscade est déclenchée contre le détachement du génie qui sécurise la zone ; le caporal-chef meurt sous les balles des islamistes.

Agé de 28 ans, le caporal-chef Julien Barbé était marié et père de deux enfants. Entré dans l’armée en 2011, il appartenait au 6ème RG2 d’Angers ; il avait été envoyé au Mali en février 2017.

.

1- VBL : véhicule blindé léger

2- 6ème RG : 6ème régiment du génie

Pour une charte des 5 refus

 

Comment clarifier les positions des mouvements européens classés comme « populistes » ou « d’extrême-droite » ?

Une première étape serait de définir quelques critères minimaux, en vue d’une alliance.

A ce titre, je propose une charte des 5 refus qui pourrait être signée par les mouvements européens de droite nationale :

  • refus du communisme

  • refus du national-socialisme

  • refus de l’islamisation

  • refus d’une immigration de peuplement en Europe

  • refus du fédéralisme européen

 

 

Despot : Oskar et les minarets

 

J’ai lu cet été « Oskar et les minarets », publié en 2010 par Slobodan Despot.

Oskar, c’est Oskar Freysinger.

Oskar Freysinger a notamment été très actif dans le lancement du référendum suisse demandant l’interdiction de la construction de nouveaux minarets.

Ce livre, s’il part de ce référendum, nous décrit néanmoins plus largement la personnalité et les combats politiques d’Oskar Freysinger. Le titre constitue donc un peu une publicité mensongère pour ceux qui chercheraient un récit ou une analyse fouillée de la campagne référendaire sur les minarets, mais constitue un éclairage très intéressant pour découvrir cette personnalité de la vie politique suisse.

Après une jeunesse légèrement à gauche, Oskar Freysinger est élu conseiller communal sous l’étiquette démocrate-chrétienne. Il passe ensuite à l’UDC1.

Professeur de langue, son implication dans la vie politique commence avec son opposition à une réforme de l’enseignement (E-2000). « E-2000 incorporait les thèses marxistes exportées par l’URSS via l’UNESCO dès les années 70 : la famille doit être abolie, ou en tout cas marginalisée ; l’influence des parents, qui empêchent par leurs valeurs « réactionnaires » l’élaboration d’un monde nouveau globalisé, doit être contenue et sapée ; l’enfant doit être au centre du système ; au nom de l’égalitarisme, les devoirs à domicile doivent être abolis ; le savoir brut est suspect, « fasciste », on lui préfère les « savoir-être » et la socialisation ; les profs sont collectivisés et intégrés à des groupes contraignants qui les contrôlent ; l’enracinement émotionnel, historique et géographique est un mal, on veut créer des générations globalisées, dépourvues d’attaches ».

Son arrivée à l’UDC lui vaut la haine du système. Exemple de ce sectarisme : Oskar Freysinger a participé à un concours de poésie ; les textes déposés devaient être anonymes. Et il a gagné le concours. Le jour de la remise du prix, la troupe de théâtre subventionnée refuse de lire le morceau primé. Freysinger demande : « Quelle est leur vision du monde s’ils n’arrivent pas à accepter un homme qui ne pense pas comme eux ? Au nom de la tolérance, ces gens pratiquent l’intolérance la plus étroite. A nous la peur si on leur confiait un jour le pouvoir sur autrui…. La liberté artistique qu’ils invoquent à tout bout de champ est l’instrument de leur répression envers ceux qui ne dansent pas sur la même musique. Et l’Etat subventionne cette censure ».

La nécessité de faire interdire la construction de nouveaux minarets découle pour lui de la fonction du minaret : « Chaque lieu d’où est visible un minaret et chaque région que l’on voit depuis un minaret doivent devenir islamiques. Face à cette revendication, on comprend que cet édifice fréquemment sous-estimé par les Européens joue un rôle bien plus important que celui qu’on lui prête communément ». D’après lui, l’attitude de l’Union européenne envers la Suisse après le référendum sur les minarets s’explique certes par le résultat du référendum, mais aussi par le fait que l’Europe ne veut surtout pas consulter ses citoyens sur ces sujets : « Par son exemple, la Suisse met en évidence les lacunes du système qui l’entoure, un système qui se légitime par l’invocation de la démocratie, mais se garde bien de la mettre en pratique. C’est un système d’ingénierie sociale, calqué sur le modèle marxiste : la création d’un homme nouveau, sans racine, sous la houlette d’une avant-garde « éclairée » qui ne rend des comptes qu’à elle-même. Des êtres sans attaches, des « citoyens du monde » sont bien plus faciles à manipuler, déplacer, remplacer et jeter que des citoyens ancrés dans une tradition et une terre pétrie d’histoire ».

Deux analyses de Freysinger pour terminer. D’abord sur l’incompatibilité entre les conceptions juridiques et morales islamiques et chrétiennes. « Dans l’islam, la morale se fonde sur la loi alors que dans notre conception du droit, la loi se fonde sur la morale. Un exemple pour illustrer ce propos : chez nous, un principe moral décrète qu’il est mal de tuer. Cependant, la loi résultant de ce principe moral doit prendre en considération qu’en cas de légitime défense il peut arriver qu’un humain en tue un autre sans être puni par la suite. Il est toujours mal de tuer, mais le législateur admet une légitimité dans certains cas d’urgence. Il en est tout autrement dans l’islam. La charia prescrit en effet précisément quand, dans quelles conditions et comment exactement certaines personnes peuvent être tuées ou non. La morale exige simplement que ce catalogue soit respecté ; à l’inverse, il est immoral de ne pas respecter ce catalogue. La morale est déduite de la norme légale, intervient donc après la loi, ce qui est d’ailleurs logique dans la conception de l’islam, puisque la loi est divine et non créée et vaut donc une fois pour toutes ».

Enfin, sur l’antisémitisme et la haine d’Israël qui se renforcent à gauche : « La haine incroyable dont on accable l’Etat d’Israël dépasse largement ses méfaits réels. Aux yeux de la gauche européenne, le juif n’est acceptable qu’en tant que victime. Une victime qu’on célèbre par des exercices de contrition qui servent à établir le règne de la culpabilité sur la société occidentale. Le juif fort et debout vient brouiller cette image. Il est non seulement inutile mais encore contreproductif dans ce dessein. Lui, l’éternel apatride, a osé s’ancrer dans un territoire, créer une armée, des frontières. Le nomade qui se sédentarise : un cauchemar pour l’idéologie mondialiste qui cherche, elle, à nomadiser les sédentaires ».

.

1- Voir chronique du 20 décembre 2015: « élections fédérales suisses »

 

 

 

Référendum hongrois

 

 

Lors du référendum du dimanche 2 octobre 2016, les électeurs hongrois devaient répondre à la question suivante : « Voulez-vous que l’Union européenne puisse prescrire l’installation obligatoire en Hongrie de citoyens non-hongrois sans l’approbation de l’Assemblée nationale ? »

Le taux de participation n’a atteint que 43,42%. Les bulletins blancs et nuls ont représenté 6,27% des votants.

Le « non » à l’immigration imposée est massif, recueillant 98,34% des suffrages exprimés ; le « oui » se contentant donc de 1,66%.

Malgré le caractère massif du vote, le référendum n’est pas considéré comme valide, car la nouvelle constitution impose que « plus de la moitié des votants aient émis un vote valide ».

C’est donc un demi-échec pour le premier ministre Viktor Orban, qui n’a pas réussi à obtenir une participation plus élevée ; et l’ensemble des médias français présente ce référendum comme un « échec ».

Cependant, le taux de participation (43,42%) n’est pas très éloigné de celui du référendum de 2003 sur l’adhésion à l’Union européenne (45,6%). Mais il convient de noter que la constitution ne déterminait pas à cette époque la validité du scrutin par une participation supérieure à 50%.

Enfin, si l’on examine le taux de participation et le résultat de 98%, ce résultat, même s’il n’a pas de valeur légale, a évidemment une signification politique importante. On peut d’ailleurs noter qu’à la télévision française, certains journaux en continu passaient en boucle que le référendum était invalide, mais « oubliaient » de mentionner le chiffre du résultat (98%).

 

 

A la hache et au couteau

Après l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice, voici une liste non-exhaustive de quelques agressions en France et en Allemagne cet été.

Dans la nuit du 18 juillet 2016, un immigré afghan (ou pakistanais), âgé de 17 ans, a blessé 5 personnes dans un train en Bavière, près de Wurtzbourg, avant d’être tué par la police. Cette attaque à la hache et au couteau a été revendiquée par l’Etat islamique.

Mardi 19 juillet 2016, dans un village de vacances à Garde-Colombe (Hautes-Alpes), Mohamed Boufarkouch, un Marocain « connu des services de police » résidant à Limay (commune limitrophe de Mantes-la-Jolie, dans les Yvelines), a frappé de coups de couteau au thorax une mère et ses trois filles. D’après une partie de la presse française, son agression n’a rien à voir avec l’islam, même s’il a crié « Allah Akbar » après son arrestation, au moment de la prise de ses empreintes digitales.

Le 22 juillet 2016, devant un McDonald’s de Munich (Bavière) et dans le centre commercial proche, un germano-iranien de 18 ans a tué 9 personnes par balles (dont 6 enfants) et s’est suicidé.

Une explosion à Ansbach (en Bavière) a blessé une dizaine de personnes le 24 juillet 2016. L’attentat a été commis par un immigré syrien arrivé en 2014 en Allemagne. Sa demande d’asile avait été refusée, et il devait être expulsé du pays. Le terroriste est mort dans l’explosion. L’attentat a été revendiqué par l’Etat islamique.

Le 24 juillet 2016, dans une rue de Reutlingen (Bade-Wurtemberg), un immigré syrien « connu des services de police » a tué à la machette une femme enceinte.

Le 26 juillet 2016, à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), un prêtre de 86 ans, le père Jacques Hamel,  a été égorgé pendant la messe. Les deux terroristes musulmans ont été tués par la police. L’un d’eux, Adel Kermiche, condamné, n’était pas en prison, mais vivait en liberté avec port d’un bracelet électronique. Le second, Abdel-Malik Petitjean, a été adopté 6 mois après sa naissance par un Français qui s’était mis en couple avec sa mère. De décembre 2015 à avril 2016, il travaillait comme bagagiste à l’aéroport de Chambéry.

Le 2 août 2016, à Plan-de-Campagne (près de Marseille), un jeune garçon et une jeune fille, qui s’inquiétaient du sort d’un jeune chien dans une voiture stationnée au soleil, sont frappés par le couple propriétaire du véhicule, Abdelhak Attout (déjà condamné pour violence) et Sonia Missaoui. Les deux adolescents se réfugient dans un magasin. L’homme, devant le magasin, montre ses parties intimes, et lance : « Je t’attends ; quand tu sors, je te tue ». La commerçante, qui a donné refuge aux enfants, est menacée : « Toi, la blonde, on va te crever avec Daesch1 ». Arrêté, le couple menace un policier, en mimant un égorgement. Lors de l’audience judiciaire, maître Keita, l’avocat d’Attout, a livré son explication des faits : « Il voit ces deux enfants terrorisés qui partent en courant ; donc il pense qu’ils ont volé, car ils partent en courant. Lui, maîtrise mal le français ; comme il n’a pas le langage, il lui reste la violence, d’où cette réaction primaire2 ».

Le 6 août 2016, à Charleroi (Belgique), deux policières ont été blessées lors d’une attaque à la machette du commissariat, au cri d’ « Allah Akbar », par un immigré algérien, illégalement présent sur le territoire belge et qui avait fait l’objet de deux arrêtés d’expulsion de 2014 non-exécutés. L’Algérien a été tué par la police. L’attaque a été revendiquée par l’Etat islamique.

Le 19 août 2016, à Strasbourg, un juif a été attaqué à coup de couteau par un musulman au cri d’ « Allah Akbar ». L’agresseur avait déjà attaqué un juif à Strasbourg en 2010, mais n’avait  pas été condamné, en raison de troubles mentaux.

Le 22 août 2016, un facteur de 56 ans promènait son chien à Saint-Doulchard, près de Bourges. Il est assassiné d’une quarantaine de coups de couteau. Un habitant de la même commune, Azzedine Bendeghim, a été arrêté, mais a nié l’agression. Une expertise psychiatrique est en cours.

Le 30 août 2016, à l’entrée d’un commissariat de Toulouse, un policier de 21 ans a été blessé au couteau à la gorge. L’agresseur, Abderrahmane Amara, né à Alger, a aussi tenté de s’emparer de l’arme de service du policier. Il aurait expliqué son geste en disant : « J’en ai marre de la France ». Il avait déjà été arrêté en juillet 2014 pour avoir lancé un cocktail Molotov sur une synagogue, mais n’avait pas été condamné, en raison de troubles mentaux.

A Cambrai, le 30 août 2016, un individu cagoulé tirait de la fenêtre de son appartement en criant « Allah Akbar ». Les tirs n’ont pas fait de victime. Le tireur était connu pour des faits de délinquance. Il a été placé en hôpital psychiatrique.

Enfin, un cas d’export de ces nouvelles mœurs françaises à l’étranger, en Australie en l’occurrence. Le 23 août 2016, le Français Smail Ayad a tué au couteau une jeune Britannique de 21 ans, Mia Aylife-Chung. Thomas Jackson, citoyen britannique de 30, blessé dans l’attaque, est décédé quelques jours plus tard. L’agresseur a crié « Allah Akbar », mais on nous assure que cette agression n’a rien à voir avec l’islam ; il aurait agi par dépit amoureux.

.

1- Daesch : Etat islamique.

2- Cité dans Jean-Luc Crozel : « Aix : des ados agressés car inquiets pour un chiot », La Provence (Internet), 24 août 2016.

 

 

 

 

Les soubresauts du kémalisme ?

 

 

Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2016, des éléments de l’armée turque ont tenté de prendre le pouvoir. Cette tentative s’est soldée par un échec.

L’instigateur du coup d’Etat ne semble pas encore clairement identifié. Alors que les communiqués militaires laissaient entrevoir une inspiration kémaliste, une lutte fratricide entre islamistes n’est cependant pas exclue.

La conséquence malheureuse de cette nuit, c’est que le pouvoir islamiste turc, qui était visé par ces militaires turcs, sort probablement renforcé. Et que ce sera sans doute le prétexte idéal pour lui pour éliminer les fonctionnaires pas assez islamistes à son goût dans la police, l’armée, la justice, l’éducation.

 

 

14 juillet niçois

 

Le soir du 14 juillet 2016, après le feu d’artifice de Nice, le musulman tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a lancé son camion sur la promenade des Anglais. 84 morts, dont une dizaine d’enfants ; plus de 200 blessés. L’Etat islamique a revendiqué le carnage.

Ce n’est pas une première dans le monde, par exemple en Israël ; ni même en France : ainsi, le 21 décembre 2014, à Dijon1, un homme de 40 ans a foncé en voiture sur plusieurs groupes de piétons, blessant 13 personnes, en criant « Allah Akbar » ; le 1er janvier 2016, des militaires de Vigipirate qui assuraient la protection d’une mosquée à Valence2 ont été attaqués par un homme en voiture, qui leur a foncé délibérément dessus, blessant un soldat. Mais à Nice, le nombre de morts a été considérable.

L’assassin, connu des services de police, et déjà condamné à de la prison avec sursis, vivait légalement à Nice depuis plusieurs années.

Il est remarquable que tous ceux qui nous disent que cet attentat était inévitable (ce qui est peut-être vrai dans le sens où l’assassin n’avait pas fait publiquement état de ses projets et qu’il est difficile de bloquer un camion), n’arrivent même pas à concevoir qu’une politique d’expulsion systématique des délinquants étrangers aurait précisément permis d’éviter cet événement.

.

1- Voir chronique du 10 janvier 2015 : « Décembre musulman ».

2- Voir chronique du 24 janvier 2016 : « Quelques attaques ratées ».